Intoxication chez le chat : causes, symptômes, prévention et traitement

Les sources d’intoxication les plus courantes

La liste des molécules potentiellement toxiques pour un chat est infinie. Parmi cette liste figurent de nombreux produits chimiques et ménagers en tout genre (pesticide, détergent, antigel, etc.), des insecticides mais aussi de nombreux médicaments. Comme disait Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison ». En effet, un médicament pour chat, s’il est donné à une posologie trop élevée peut s’avérer très toxique.

 

Est-ce grave ? Faut-il consulter en urgence ? Ne restez pas sans réponse avec nos vétérinaires joignables 24h/24 – 7j/7

Appelez un vétérinaire

Comme chez le chien, en pratique vétérinaire, certaines intoxications reviennent fréquemment chez le chat ; intoxications à la perméthrine, aux raticides anti-coagulants, au paracétamol.

La perméthrine est un insecticide présent dans certains antiparasitaires destinés aux chiens. Si ces produits sont appliqués sur la peau d’un chat, ils provoqueront l’apparition des crises convulsives et de tremblements. Le pronostic vital de l’animal sera alors engagé.

Les raticides contiennent souvent des molécules anti-coagulantes. Lorsque ces produits sont malencontreusement ingérés par un chat, ils provoquent l’apparition d’hémorragies interne ou externe. En l’absence de diagnostic et de traitement antidotique adapté, le pronostic vital de l’animal est également engagé.

Le paracétamol est un médicament souvent présent dans nos pharmacies. Malheureusement, ce produit est très mal toléré chez le chat, même à petites doses. Un comprimé de 500 mg peut tuer un chat. En cas d’ingestion ou de médication par un propriétaire mal informé, ce produit attaque le foie et provoque des désordres sanguins graves.

Certaines plantes d’ornement sont toxiques chez le chat en cas d’ingestion ou de contact (dieffenbachia, philodendron, amaryllis, lys, ficus, yucca, etc.).

Symptômes ; comment reconnaitre une intoxication ?

Certains produits sont toxiques lorsqu’ils sont inhalés, d’autres lorsqu’ils sont avalés ou certains simplement au contact de la peau d’un chat. Par conséquent, les symptômes d’un empoisonnement chez le chat sont extrêmement variés en fonction du toxique concerné et de la voie d’exposition.

La plupart du temps, les symptômes d’une intoxication chez le chat sont digestifs ; troubles gastro-intestinaux de type diarrhée ou vomissements. Mais parfois, on observe des atteintes nerveuses ; convulsions, pertes d’équilibre, perte de la vision, tremblements ou encore des manifestations cardiaques (tachy-arythmies, hypotension, arrêt cardiaque), cutanées (brûlures, ecchymoses), respiratoires (bronchite) ou encore des saignements. Les symptômes ne sont donc que très rarement spécifiques d’un toxique en particulier.

Pour le vétérinaire, c’est la prise en compte des symptômes observés sur l’animal mais également du contexte de survenue des symptômes et des résultats d’examens complémentaires qui lui permet de suspecter une intoxication.

Le diagnostic d’une intoxication aux anticoagulants chez le chat s’établit par la réalisation d’une prise de sang permettant de mesurer un profil de coagulation anormal. Lors d’une intoxication au paracétamol, le sang de l’animal prend une couleur marron typique.

Comment agir en cas d’intoxication de votre chat ?

En présence de symptômes anormaux chez votre animal, une inspection rapide de l’environnement direct permet parfois de suspecter une intoxication (plaquette de médicaments mâchouillée, flacon renversé, sac de raticide percé, etc.). Ces informations seront importantes à transmettre au vétérinaire qui prendra en charge votre animal pour qu’un traitement adapté soit administré le plus tôt possible.

Si votre animal a ingéré ou a été exposée à une substance douteuse, vous pouvez contacter un vétérinaire ou un centre antipoison vétérinaire qui pourra vous dire si votre animal court un risque ou non et s’il est nécessaire de consulter un vétérinaire. Les coordonnées des centres antipoison vétérinaires sont disponibles sur internet.

Traitements et prévention des intoxications chez le chat

Lorsque le risque est avéré, si l’animal vient d’ingérer un produit toxique, il est possible de le présenter à un vétérinaire pour que celui-ci lui administre un médicament à effet vomitif. Ne donner ni à manger ni à boire à votre animal, attendez d’obtenir les conseils que le vétérinaire vous donnera.

Pour certains produits toxiques ou médicaments, il existe des antidotes. Par exemple, en cas d’intoxication d’un chat par des raticides, le vétérinaire pourra être amené à prescrire de la vitamine K1 pour restaurer le système de coagulation de l’animal.

Cependant, par rapport à la multitude de produits potentiellement toxiques pour le chat, il existe très peu d’antidotes. La prise en charge d’une intoxication chez le chat passe généralement par un traitement éliminatoire et symptomatique.

La meilleure gestion des intoxications chez le chat reste la prévention. Cela consiste à identifier, dans l’environnement de l’animal, les toxiques potentiels (plantes toxiques, produits ménagers mal stockés) et les mettre à l’abri ou s’en débarrasser pour éviter tout risque d’empoisonnement.

A propos de l'auteur

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.
Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *