Diarrhée chez le chat : symptômes, causes et traitement

La diarrhée se définit comme un ramollissement de l’aspect des selles, une augmentation de leur quantité émise et une augmentation de la fréquence des défécations. Ce symptôme est le reflet direct de la santé des intestins (gros et petit intestins).

Diarrhée chez le chat : est-ce grave ?

Lorsque la diarrhée est un symptôme isolé, que l’état général de l’animal et son appétit sont conservés, il n’est pas nécessaire de s’inquiéter. En revanche, en présence d’une diarrhée très profuse, hémorragique ou lorsque l’état général du chat est nettement dégradé par rapport à son habitude, que d’autres symptômes sont présents tels que des vomissements, de l’amaigrissement ou de la fièvre, il est préférable de consulter un vétérinaire.

Les principales causes de diarrhée chez le chat

Chez le chat, les diarrhées peuvent être la conséquence d’un changement alimentaire récent ou d’un parasitisme digestif. C’est la raison pour laquelle il est toujours recommandé de réaliser des transitions alimentaires sur plusieurs jours lorsque vous décidez de donner à votre animal un nouvel aliment auquel son tube digestif n’est pas encore habitué. Concernant les parasites digestifs, de façon préventive, il est conseillé de vermifuger un chaton tous les mois jusqu’à ses six mois d’âge. Chez le chat adulte ayant accès à l’extérieur, il est conseiller de vermifuger quatre fois par an (à chaque saison). Un chat d’intérieur peut être vermifugé simplement deux fois par an.

Le chat a un comportement exploratoire plus précautionneux que le chiot. Cela le rend moins exposé au risque d’intoxication par ingestion de substances en tout genre, dangereuses pour sa santé (objets non comestibles tels que des plastiques, des tissus, bâtons, cailloux, hameçon, etc.) mais ce risque est néanmoins existant. En revanche, le chat est un animal qui adore jouer avec des objets filiformes (ficelle, laine, cordelette) ou mâchonner des plantes d’ornement. Les conséquences d’une ingestion de plante dépendent du type de plante et que la quantité ingérée. Hypersalivation, diarrhée, vomissements ou signes nerveux peuvent apparaitre. L’ingestion de fils ou ficelles d’une certaine longueur peuvent causer de graves lésions sur le tube digestif par occlusion ou perforation digestive.

Une diarrhée chez un chat peut aussi être due à une infection par des virus ou des bactéries. Le typhus est une maladie virale très contagieuse chez les chats non vaccinés et parfois mortelle qui provoque vomissements et diarrhées hémorragiques. La vaccination du chaton contre le typhus peut se faire dès deux mois d’âge. Des rappels de primovaccination sont ensuite nécessaires au cours des mois qui suivent puis chaque année sur un chat adulte.

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) sont des causes fréquentes de diarrhée chronique et d’amaigrissement chez le chat. Il s’agit de maladies immunitaires que l’on diagnostique suite à la réalisation de biopsies digestives. Ces maladies nécessitent une alimentation spécifique hypoallergénique à donner tout au long de la vie de l’animal et parfois un traitement médicamenteux lourd comprenant notamment antibiotiques et immunosuppresseurs. Les MICI peuvent évoluer vers un cancer digestif ; le lymphome intestinal.

Enfin, d’autres causes, moins fréquentes, peuvent être à l’origine de diarrhée chez le chat ; stress, maladies hépatiques, anomalies de naissance, réactions médicamenteuses, etc.

Comment agir face à une diarrhée chez un chat adulte ou un chaton ?

En présence de diarrhée sur votre chat, observez la présence éventuelle d’autres symptômes et testez son appétit. Il n’est pas recommandé de mettre un chaton à jeun. Effet, les jeunes animaux sont sensibles à l’hypoglycémie qui peut s’instaurer rapidement par rapport à un chat adulte qui saura maintenir sa glycémie dans des valeurs normales même en l’absence de repas pendant plusieurs jours. Si votre chaton refuse de manger et présente une diarrhée très profuse associée à une fatigue marquée ou à d’autres symptômes, il est recommandé de consulter un vétérinaire. Si la diarrhée est isolée et que l’état général de votre animal est conservé, surveillez-le, évitez tout écart alimentaire et ne donnez que son aliment habituel (croquettes, pâtée ou ration ménagère adaptée à un chaton en croissance). Vermifugez-le si la dernière vermifugation date de plus d’un mois. Au bout de quelques jours, si la diarrhée ne passe pas, même si l’état général du chaton est conservé, il est judicieux de consulter un vétérinaire. Des examens complémentaires tels qu’une analyse de selles (coproscopie) pourront être réalisés pour savoir si votre chaton est infesté par des parasites qui ne seraient pas sensibles au vermifuge que vous avez donné. Cela permettra au vétérinaire de prescrire un traitement adapté.

Le traitement d’une diarrhée chez un chat

En fonction de l’origine de la diarrhée, le vétérinaire pourra être amené à prescrire différents médicaments ; anti-diarrhéiques, antiparasitaires, antibiotiques, pré et probiotiques, immunosuppresseurs, antispasmodiques, etc. Les anti-diarrhéiques administrés chez le chat sont souvent à base de Smectite ou de Montmorillonite. Parfois, en cas de diarrhée hémorragique, ou lorsque la paroi des intestins est très abîmée, des antibiotiques peuvent être prescrits pour éviter le passage de bactéries de la flore digestive vers le sang de l’animal. Les probiotiques sont des médicaments contenant des levures et des bactéries non pathogènes qui permettent de reconstituer une flore intestinale.

Dans les cas de diarrhées profuses, il peut être nécessaire d’hospitaliser le chat pour le perfuser. En effet, les diarrhées importantes provoquent une déshydratation chez l’animal, surtout si ce dernier ne s’alimente plus et que des vomissements sont présents.

La prévention des diarrhées chez le chat

Tout changement alimentaire doit être instauré progressivement pour éviter la survenue de diarrhées liées à des transitions alimentaires trop brutales. Cette recommandation est valable chez le chaton comme chez le chat adulte.

Le respect des protocoles de vermifugation préventive permet d’éviter des infestations par des parasites tels que les ascaris ou les tænias. Il est recommandé de vermifuger les chatons tous les mois jusqu’à leurs six mois puis quatre fois par an à l’âge adulte.

Même si l’on ne peut pas tout contrôler, il faut apprendre à connaitre son animal et savoir reconnaitre des environnements à risque au sein desquels les chats pourraient être amenés à ingérer des substances non comestibles dangereuses. Les dangers se situent parfois dans nos habitations qui regorgent d’objets en tout genre, de plantes et de produits potentiellement toxiques que les chats pourraient ingérer.

 

En cas de doute, nos équipes de vétérinaires en ligne peuvent vous accompagner !

A propos de l'auteur

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.
Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *