Le coup de chaleur chez le chien : symptômes, prévention et prise en charge

Vous reconnaissez le comportement de votre animal ?
Vous avez des doutes ?

Chez le chien, la température corporelle normale se situe entre 37,5 et 39°C sur un animal au repos. A la différence de l’homme, le chien ne transpire que très peu, et seulement en regard de la peau de ses coussinets. Il régule sa température corporelle et évacue la vapeur d’eau en haletant. Il est possible de mesurer la température corporelle d’un chien par mesure rectale à l’aide d’un thermomètre adapté.

Qu’est-ce qu’un coup de chaleur ?

Par définition, un coup de chaleur est une augmentation rapide et brutale de la température corporelle du chien. Cette augmentation s’emballe et l’animal ne parvient pas à réguler cette augmentation par des moyens naturels et physiologiques.

En cas de coup de chaleur, l’animal présente de la polypnée ; c’est-à-dire qu’il halète sans cesse. Il est essoufflé, abattu et répond moins aux sollicitations. Souvent, il s’agite, ne trouve pas sa place et ne parvient pas à se calmer. La mesure de la température rectale indique alors souvent une valeur supérieure à 40°C. Dans les cas extrêmes, le chien peut présenter des vomissements, perdre connaissance puis présenter des convulsions.

Les origines d’un coup de chaleur

La survenue d’un coup de chaleur chez le chien peut avoir plusieurs origines.

L’été, en période de canicule, les chiens sont très sensibles aux coups de chaleur, surtout s’ils pratiquent un effort physique, s’ils sont stressés ou sont laissés au soleil, sans possibilité d’abreuvement. Laissés dans des véhicules au soleil, même si les vitres du véhicule sont ouvertes, les animaux peuvent très rapidement monter en température, parfois en quelques minutes.

Les chiens de races brachycéphales, c’est-à-dire aux museaux aplatis (Bouledogue français et anglais, Carlin, King Charles, Boxer, etc.) présentent naturellement un handicap respiratoire. Ces animaux sont donc plus sensibles que les autres au risque de coup de chaleur.

Chez un chien malade qui présente de la fièvre, un coup de chaleur peut également survenir si la température corporelle s’élève trop. Une fièvre inexpliquée et persistante chez un chien doit motiver une consultation vétérinaire.

Enfin, toute obstruction, même partielle des voies respiratoires hautes (larynx, trachée) peut rapidement entrainer l’apparition d’un coup de chaleur chez le chien. Ce genre de situation peut apparaitre suite à une réaction allergique provoquant une œdème du fond de la gorge (piqure d’insecte) ou suite à l’ingestion d’un corps étranger coincé au fond de la gorge.

Que faire dans l’urgence ? Les bons gestes

En cas de suspicion de coup de chaleur, placez l’animal dans un endroit calme, au frais et proposez-lui à boire. Si la température corporelle ne diminue pas malgré ces mesures, douchez-le à l’eau fraiche mais non glacée. En effet, si on utilise une eau glacée, le risque de choc thermique est important. Pour refroidir plus efficacement l’animal, insistez de préférence sur les zones sans poil (ventre, aine, coussinets, région anale, oreilles). Vérifier régulièrement la température rectale de l’animal à l’aide d’un thermomètre. Si l’état de l’animal ne s’améliore pas rapidement, consultez un vétérinaire en l’urgence.

Chez le vétérinaire, il est parfois nécessaire d’anesthésier un chien en coup de chaleur pour refroidir plus efficacement l’animal et lui permettre de mieux respirer. En cas de convulsions, le vétérinaire pourra administrer des médicaments anticonvulsivants sous forme d’injections.

La prévention du coup de chaleur chez le chien ; les bonnes pratiques

A l’exception des petites races, le chien est une espèce animale qui, à la différence de l’homme, tolère davantage le froid que la chaleur. Il convient donc d’être très prudent quand au risque de coup de chaleur, en période estivale notamment. Les activités physiques de l’animal doivent être adaptées à la température extérieure. Le chien doit toujours disposer d’eau fraiche à volonté et d’ombre. Une vigilance accrue doit être apportée aux chiens de races brachycéphales.

A propos de l'auteur

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.
Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos vétérinaires toujours à vos côtés
pendant le confinement

Nos vétérinaires
toujours à vos côtés
pendant le confinement

Notre service de conseil vétérinaire à distance vous permet de limiter les contacts et d’éviter de vous rendre dans les lieux publics.

Gérer vos doutes et répondre à vos questions est notre mission.
N’hésitez plus !

Une réponse, un conseil, un avis
Sans vous déplacer