Le typhus chez le chien est plus communément appelé parvovirose. Il s’agit d’une maladie due à un virus de la famille des parvovirus. Il existe une maladie identique chez le chat, appelée alors typhus ou panleucopénie féline. Mais les chats et les chiens atteints de ces maladies virales ne peuvent pas se contaminer entre eux. La parvovirose est une maladie grave, parfois mortelle. Voici quelques éléments de compréhension de cette affection fréquente dans l’espèce canine.

Mode de contamination de la parvovirose canine

La parvovirose est une maladie très contagieuse. Elle se transmet par voie orale, via les excrétas émis par un chien malade (salive, vomissement, excréments). Le virus est très résistant dans l’environnement est n’est pas facilement détruit par les désinfectants classiques. Il peut donc être transporté sous des semelles de chaussures, sur des gamelles ou les pneus d’un véhicule. Les individus les plus sensibles sont les jeunes, en raison d’une immunité encore fragile. Les chiots non vaccinés sont donc les premières cibles du parvovirus.

Symptômes de la maladie

Le parvovirus est un virus qui vise les cellules en division, c’est-à-dire les cellules du tube digestif et les cellules lymphoïdes. Les symptômes de la parvovirose sont ceux d’une gastro-entérite sévère et hémorragique. L’animal malade présente des vomissements, de la diarrhée, de la nausée, une perte d’appétit, de la faiblesse. En cas de saignement important au niveau du tube digestif (selles noires ou sanguinolentes), une anémie peut apparaitre. On observe alors des muqueuses pâles et éventuellement des difficultés respiratoires.

Vous craignez que votre chien ait le typhus?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Diagnostic

Face à des symptômes de gastro-entérite hémorragique suspects sur un chiot ou un chien adulte non vacciné, le vétérinaire réalisera une prise de sang et un test de détection du parvovirus sur les selles. La prise de sang permet de réaliser un hémogramme qui calcule la quantité de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes dans le sang. Souvent, dans le cas d’une parvovirose, on observe une panleucopénie, c’est-à-dire une baisse du taux de globules blancs. Une anémie est également parfois présente. Le parvo-test consiste à détecter le virus sur un échantillon de selle de l’animal. Le résultat est immédiat. Les vétérinaires disposent souvent de ce test en clinique.

Prise en charge thérapeutique

Il n’existe pas d’antiviral réellement efficace contre le parvovirus. Le traitement de la parvovirose consiste surtout à contrôler les symptômes et réhydrater l’animal. Cela passe par l’hospitalisation de l’animal malade pendant plusieurs jours dans une zone à l’écart des autres animaux en raison du risque de contagion. L’animal est placé sous perfusion et reçoit des médicaments anti-vomitifs, des anti-diarrhéiques et des antibiotiques. Les antibiotiques ne sont pas efficaces sur le parvovirus mais permettent de prévenir les complications infectieuses. En effet, les chiens atteints de parvovirose ont un système immunitaire provisoirement défaillant, ce qui les rend fragiles et susceptibles de développer des infections bactériennes. La parvovirose n’est pas une maladie anodine. Elle reste potentiellement mortelle et est fréquemment diagnostiquée par les vétérinaires. La mise en place précoce d’un traitement adapté est donc primordiale pour espérer une guérison.

Vous avez un doute et vous êtes inquiet?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Prévention par la vaccination

Il existe un vaccin très efficace contre la parvovirose. La primovaccination consiste en trois injections à un mois d’intervalle dès deux mois chez le chiot. Un rappel est ensuite conseillé tous les trois ans chez le chien adulte. Ce vaccin est vivement conseillé puisque la parvovirose est une maladie d’actualité grave et potentiellement mortelle. Pour limiter le risque de contagion d’un chien à un autre, les animaux malades doivent être tenus à l’écart des autres. Des mesures drastiques de désinfection de l’environnement sont conseillés en présence d’un cas de parvovirose. Les désinfectants efficaces contre le parvovirus sont la Javel et les désinfectants à base d’ammoniums quaternaires.