La toxoplasmose est une zoonose relativement fréquente dans notre pays et pour laquelle le chat joue un rôle clé. Cette maladie souvent sans conséquence chez le chat est cependant grave si elle atteint les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. Comment apparaît la maladie chez le chat ? Et comment se protéger lorsque l’on est un individu à risque ?

Qu’est-ce que la toxoplasmose chez le chat ?



La toxoplasmose est une maladie infectieuse causée par un parasite unicellulaire, un protozoaire, appelé Toxoplasma gondiii. Ce protozoaire appartient à la famille des coccidies. Ce parasite a un cycle de vie particulier où il a besoin de deux hôtes : le chat et presque n’importe quel autre mammifère ou oiseau.

Les œufs de toxoplasmes, appelés ookystes, sont ingérés par un hôte dit intermédiaire. Ils vont alors éclore, traverser la paroi du tube digestif et diffuser dans l’ensemble de l’organisme pour créer des kystes dans les muscles et organes. Chez le chat et uniquement chez lui (hôte définitif), on a une forme particulière digestive: le chat avale des œufs et le parasite va alors se multiplier dans le tube digestif et produire des milliers de nouveaux œufs qui seront excrétés dans les selles du chat. Ces œufs ou ookystes sont extrêmement résistants dans le milieu extérieur.

La toxoplasmose est une zoonose c’est-à-dire d’une maladie animale transmissible à l’Homme. Celui-ci peut se contaminer avec les œufs excrétés par le chat ou bien en mangeant de la viande contaminée.

La toxoplasmose est une maladie très fréquente chez le chat, surtout chez les chats errants. Les chats vivant en intérieur strict sont nettement moins concernés. La toxoplasmose est également décrite chez de nombreuses autres espèces animales, dont le chien. Chez le chien, la toxoplasmose est cependant observée de manière moins fréquente.

Vous souhaitez en savoir plus sur la toxoplasmose ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Comment se transmet la toxoplasmose chez le chat ?



Les chats peuvent se contaminer de différentes manières :
  • Par ingestion directe d’œufs du parasite (sur des brins d’herbe souillés par exemple) excrétés par un autre chat dans l’environnement
  • Par ingestion de rongeurs ou oiseaux contaminés par le parasite,
  • Par ingestion de viande contaminée administrée accidentellement par le propriétaire dans le cadre de leur alimentation.

Comment savoir si mon chat est atteint de toxoplasmose ?



Les symptômes de la toxoplasmose chez le chat



La toxoplasmose est une maladie qui se présente sous deux formes très distinctes :
  • Une forme localisée pour laquelle les chats sont porteurs du parasite uniquement dans leur intestin grêle. Ils présentent alors une maladie appelée “coccidiose toxoplasmique ». Ils vont excréter des œufs dans leurs selles pendant plusieurs semaines et ils finissent en général par s’immuniser. Les chats infectés atteints de la forme localisée bénigne vont présenter un épisode de diarrhée sans gravité et sans répercussion sur l’état de forme de l’animal. Les symptômes durent quelques jours et rétrocèdent sans traitement. C’est chez le jeune chaton ou l’animal malade que la diarrhée peut être plus grave, avec un aspect en « gelée de groseille » avec du sang et une forte déshydratation.
  • Une forme généralisée pour laquelle les chats vont présenter le parasite dans tout leur organisme et pas que dans le tube digestif. Dans ce cas de figure, la grande majorité des chats va présenter une forme asymptomatique c’est-à-dire qu’ils sont porteurs du parasite et peuvent transmettre la maladie mais n’expriment aucun symptôme. Occasionnellement, en cas de faiblesse du système immunitaire (comme en cas de FIV, leucose ou cancer …), certains chats vont tomber malades et exprimer des symptômes.

En ce qui concerne la forme généralisée, on peut observer une multitude de symptômes car le parasite est présent au sein de tout l’organisme :

Le diagnostic de la toxoplasmose



D’une manière générale, le diagnostic de la toxoplasmose chez le chat est très difficile à établir. On peut rechercher le parasite de différentes manières :

  • Observation directe au microscope,
  • PCR : on recherche l’ADN du parasite,
  • Sérologie : on recherche la présence d’anticorps spécifiques signalant indirectement que le parasite est présent au sein de l’organisme.
  • Comme certains chats peuvent excréter des œufs de parasites dans l’environnement, avoir des anticorps, sans en être malade, il convient d’être prudent pendant l’interprétation des résultats et être sûr que la diarrhée ou les autres symptômes ne sont pas dus à autre chose.

Quels sont les traitements possibles après un diagnostic de toxoplasmose?



Bien que cette maladie ne soit pas liée à la présence d’une bactérie mais à un parasite de type protozoaire, le traitement le plus efficace pour la forme généralisée semble passer par l’utilisation d’un antibiotique appelé clindamycine. Il existe sous forme de comprimés ou en solution buvable et votre vétérinaire vous prescrira de l’administrer matin et soir par voie orale pendant une période minimum de 4 semaines.

Des traitements de soutien en fonction des symptômes seront également prescrit : anti-diarrhéique, pansement digestif, traitement des lésions oculaires, hospitalisation sur un chat très mal en point … A savoir que les traitements dans le cas de forme grave sont longs et parfois ne donnent pas d’excellents résultats. Le suivi avec votre vétérinaire sera d’autant plus important.

En fonction de l’existence de maladies concomitantes comme le FIV le pronostic n’est en général pas bon. De même lors de troubles neurologiques ou oculaires il y a parfois des séquelles.

Comment prévenir la toxoplasmose chez le chat ?



Il est très compliqué, voire illusoire, de tenter de prévenir la contamination de son chat s’il a accès à l’extérieur.

En revanche, les chats ayant un mode de vie en intérieur strict et recevant une alimentation sans viande présentent très peu de risques d’être infectés.

La toxoplasmose, un réel danger chez l'Homme ?



La toxoplasmose humaine est une zoonose majeure : c’est-à-dire transmissible de l’animal à l’Homme. Chez l’Homme en bonne santé l’infection par la toxoplasmose passe en général inaperçue puis il y a création d’anticorps et protection pour le reste de la vie de l’individu. Deux situations sont identifiées comme étant à risque :

  • Les femmes enceintes
  • Les personnes immunodéprimées

Toxoplasmose et femmes enceintes



La toxoplasmose est une maladie grave pendant la grossesse uniquement si la femme n’a jamais été en contact avec le parasite avant celle-ci. C’est pour cela qu’une prise de sang est réalisée en début de grossesse pour connaître le statut de la femme enceinte par rapport à la toxoplasmose. Si la femme est séropositive : cela veut dire qu’elle a des anticorps et qu’elle sera protégée pendant toute la grossesse. Le problème survient si la femme est séronégative : chez les femmes enceintes, attraper la toxoplasmose pendant la grossesse peut avoir de graves répercussions sur le fœtus (atteintes cérébrales, oculaires, pulmonaires, risques de malformations…). On parle de toxoplasmose congénitale.

La séronégativité chez la femme en âge de procréer ne fait qu’augmenter ces dernières années. Cette observation est vraisemblablement à mettre en relation avec la diminution régulière de la consommation de viande peu cuite et moins de potagers dans les jardins.

Il est important de ne pas surestimer les risques d’infection liés à la présence d’un chat dans le foyer. En aucun cas une femme enceinte séronégative ne doit être contrainte à abandonner son animal comme on peut parfois le lire ou l’entendre. La contamination par les chats n’arrive qu’en 5ème position des facteurs de contamination après :

  • Manger de la viande ou de la charcuterie mal cuite,
  • Manger des crudités ou des légumes mal lavés,
  • Jardiner sans se laver correctement les mains,
  • Manger des fruits du jardin non lavés.

Être enceinte et séronégative vis-à-vis de la toxoplasmose implique donc de respecter des règles d’hygiène très strictes :

  • Cuire la viande à cœur ou la congeler à -20°c pendant au moins 48h avant cuisson,
  • Laver soigneusement les fruits et légumes,
  • Protéger tous les aliments des insectes et autres animaux pouvant transporter des œufs de parasites,
  • Eviter de boire de l'eau non traitée,
  • Se laver soigneusement les mains après manipulation de terre ou de viande crue. Le port de gants pour ce type de manipulation peut également être à privilégier,
  • Eviter le contact avec les fèces de chat. Le port de gants pour la manipulation des litières et l'élimination des selles est conseillé. Les œufs de parasites excrétés par le chat dans ses excréments n’étant contaminants qu’après 48 dans le milieu extérieur, le nettoyage quotidien des litières réduit fortement les risques de contaminations (il suffit de demander au conjoint de le faire tous les jours),
  • Eviter l’accès au lit à vos chats.

Toxoplasmose et personnes immunodéprimés



Les personnes immunodéprimées sont à risques pour la toxoplasmose car leurs défenses immunitaires n’étant plus fonctionnelles, elles ne vont pas réussir à se défendre contre l’infection. Bien évidemment, les mêmes recommandations incombent aux personnes immunodéprimées qui peuvent également être touchées par cette maladie parasitaire. Parmi les populations les plus concernées en dehors des femmes enceintes, on note :

  • Les personnes atteintes du SIDA,
  • Les personnes sous traitement immunomodulateur suite à une maladie chronique ou à une greffe,

Conclusion et réflexions sur la toxoplasmose



On a longtemps considéré que les personnes sans faiblesse du système immunitaire étaient peu exposées à la maladie, et que l'infection était très généralement asymptomatique. Cette position est remise en cause dernièrement. En effet, il apparaît à travers plusieurs études très récentes que la toxoplasmose est l'un des principaux – si ce n'est le principal – facteur de risque en ce qui concerne la schizophrénie. Il est par conséquent bien possible que le rôle pathogène de ce parasite soit sous-évalué chez l'Homme et que ces règles d’hygiène de base devraient s’appliquer en réalité à tout un chacun.

La vaccination des chats vis-à-vis de Toxoplasma gondii permettrait vraisemblablement de réduire l’impact de la toxoplasmose en matière de santé publique. Malheureusement, pour l’instant, aucun vaccin n’est commercialisé mais plusieurs études sont actuellement réalisées pour le développement de cette stratégie de prévention.

Vous avez une question au sujet de la toxoplasmose ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire