Qu’est-ce que la toux chez le chien ?

 

Comme chez les humains, la toux chez le chien est définie comme une expiration brusque et sonore de l’air contenu dans les poumons. Elle est en général un réflexe provoqué par une irritation des voies respiratoires (pharynx, larynx, trachée, bronches ou poumons). La toux peut également être rencontrée en cas d’insuffisance cardiaque par le biais d’autre mécanisme.

La toux peut parfois être confondue avec des raclements de gorge, des éternuements, du reverse-sneezing (bruit inspiratoire marqué, présenté généralement par crises, et habituellement secondaire à une irritation des narines ou du pharynx) ou même des vomissements. Si vous avez un doute, n’hésitez pas à filmer votre animal avant de vous rendre chez le vétérinaire !

Votre chien tousse et vous souhaitez savoir si c'est une urgence ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Pourquoi mon chien tousse ? Quelles sont les causes ?

 

Les raisons pour lesquelles un animal peut présenter de la toux sont très variées. On va distinguer les causes :

    • Cardiovasculaires : dans ce cas, la toux est associée à la présence d’un œdème pulmonaire, c’est-à-dire d’une accumulation de liquide biologique dans les poumons. En cas de pathologie cardiaque décompensée (insuffisance cardiaque), le bon fonctionnement de la circulation sanguine est altéré ce qui conduit à l’accumulation d’eau dans les poumons et donc apparition d’une toux dite cardiaque (la toux est aussi provoquée par le gros cœur qui compresse la trachée).

 

    • Infectieuses, divisées en deux catégories principales :
      • Les bronchopneumonies : il s’agit des infections dues à la présence d’une bactérie qui se développe au sein des poumons. Ces bactéries peuvent se retrouver dans les poumons par inhalation ou par fausse déglutition (« fausse route »). Dans ce cas, un peu de contenu alimentaire peut se retrouver dans les voies respiratoires au moment de déglutir. Par gravité, le bol alimentaire va se retrouver dans les poumons, provoquer de l’inflammation et former un bon milieu de culture pour le développement de bactéries
      • Trachéobronchite infectieuse ou « toux de chenil » : il s’agit d’un syndrome rencontré chez le chien, provoquant une toux extrêmement fréquente et rauque. Elle est due à plusieurs agents pathogènes (bactéries, virus…). Elle est très aiguë, généralement peu grave mais très contagieuse.
    • Inflammatoire avec la bronchite chronique : la toux est alors dite « chronique » c’est-à-dire qu’elle évolue depuis plusieurs semaines et potentiellement par phases. Les causes de bronchite chronique sont généralement allergiques.

 

    • Dégénérative avec la fibrose pulmonaire : c’est un phénomène rencontré chez les chiens âgés, en particulier les « Westie». Le poumon se fibrose : c’est-à-dire que le tissu pulmonaire sain est remplacé progressivement par du tissus fibreux, non élastique, qui empêche le poumon d’exercer sa fonction normalement. L’animal présente de la toux et une insuffisance respiratoire se développe

 

    • Flaccidité ou collapsus trachéal : il s’agit d’une dégénérescence des anneaux de cartilage qui soutiennent la trachée ce qui provoque une diminution du diamètre de celle-ci. Là aussi c’est un phénomène rencontré plutôt chez les chiens âgés, plutôt de petite taille. Lors de l’inspiration, la trachée s’aplatit sur elle-même et une inflammation de la paroi se met en place. Il existe des facteurs qui peuvent aggraver les symptômes et/ou les faire apparaître chez le jeune : surpoids, problème cardiaque, infection respiratoire …

 

    • Tumorales : la toux peut être secondaire à la présence d’une tumeur ou de métastases (d’une tumeur ailleurs dans l’organisme) dans un ou plusieurs organes de l’appareil respiratoire (larynx, pharynx, trachée, bronches, poumons).

 

    • Parasitaires : la maladie parasitaire la plus fréquente associée à de la toux chez le chien est l’angiostrongylose. Dans cette affection, la toux est déclenchée par des vers dont l’organe-cible est le réseau bronchique de l’animal. Ces vers vont s’y développer, s’y reproduire et générer de l’inflammation. Il existe également des parasites de la trachée mais qui sont très rarement rencontrés en pratique. D’autres parasites, les dirofilaires, peuvent également infester les cavités cardiaques et entraîner le développement d’une insuffisance cardiaque. Enfin, certains des parasites digestifs fréquemment rencontrés ont une forme larvaire qui peut migrer vers les poumons et être responsable d’essoufflement et de toux

 

  • Corps étranger : la présence de corps étrangers dans la sphère respiratoire est relativement rare mais peut être à l’origine d’une toux intense.

Les différents types de toux chez le chien

 

On peut classer la toux en fonction de plusieurs paramètres. Cela aide le vétérinaire à classer par ordre de probabilité les hypothèses diagnostiques.

Classification de la toux fonction de son intensité

 

    • La toux forte : l’origine concerne plutôt les organes du « haut » appareil respiratoire c’est-à-dire le larynx, le pharynx et la trachée
    • La toux petite ou faible : l’origine concerne plutôt les organes du « bas » appareil respiratoire c’est-à-dire les bronches et les poumons

Ce n’est donc pas parce qu’une toux est forte qu’elle est grave et inversement. Ces facteurs permettent d’orienter le diagnostic mais on peut très bien avoir une toux très forte d’origine pulmonaire même si cela est moins fréquent.

Classification de la toux fonction de son origine

 

On a principalement les toux d’origine respiratoire : c’est-à-dire avec une atteinte d’une ou plusieurs portions de l’arbre respiratoire (trachée, bronches, poumons …). Comme nous l’avons vu plus haut, les causes de ce type de toux sont multiples.

Puis nous avons les toux d’origine cardiaque, qui sont due à un défaut de fonctionnement de la fonction cardiaque entraînant une compression de la trachée et un œdème pulmonaire ou bien à la présence de parasites dans le cœur.

Autres classifications de la toux

 

Afin de caractériser au mieux la toux, le vétérinaire va rechercher d’autres critères :

        • La toux est-elle aiguë ou chronique ? On parle de phénomène aigüe si cela dure depuis quelques jours et de phénomène chronique si la toux dure depuis plusieurs semaines (avec phase de rémission ou non).
        • La toux est-elle sèche ou grasse ?
        • La toux s’exprime-t-elle par quintes ou par un bruit isolé ?
        • La toux est-elle déclenchée par palpation de la trachée (test réalisé par le vétérinaire au cours de l’examen clinique en consultation) ?
        • La toux est-elle si intense qu’elle provoque des vomissements chez l’animal (on parle de toux émétisante) ?

Quand s’inquiéter et consulter un vétérinaire ?

 

Une consultation chez votre vétérinaire sera recommandée dans le cas où votre chien présente subitement :

        • Une fréquence de toux plus élevée qu’à son habitude
        • Une atteinte de l’état général (baisse de forme, baisse d’appétit, troubles digestifs, fièvre, etc…)
        • Une toux si gênante qu’elle a des répercussions sur l’activité habituelle de votre animal. En effet, une toux forte et fréquente peut empêcher votre animal de manger ou de boire normalement et même dans certains cas, d’avoir un sommeil correct

Diagnostic de la toux chez le chien ?

 

Dans un premier temps, le vétérinaire va vous poser un ensemble de questions pour essayer de caractériser au mieux la toux et va examiner votre animal du museau à la queue.

Lorsque le motif de consultation est la toux, le vétérinaire va réaliser deux gestes permettant d’orienter les hypothèses diagnostiques. Il va d’abord essayer de déclencher la toux en comprimant légèrement la trachée de votre animal puis il va réaliser une auscultation thoracique (du cœur et des poumons) à l’aide de son stéthoscope.

Afin d’affiner sa recherche, il sera peut-être amené à vous proposer des examens complémentaires :

  • L’examen complémentaire standard en cas de toux est la radiographie du thorax. Ces radiographies permettent de visualiser à la fois la silhouette cardiaque, les poumons, les bronches et la trachée et sont préconisées pour déterminer avec plus de précision l’origine de la toux.
  • Analyses sanguines si recherche d’un problème infectieux, parasitaire ou tumoral.
  • Une échographie cardiaque en cas de suspicion de problème cardiaque, de façon à mieux le cerner et mettre en place le traitement le plus adapté possible.
  • Mais aussi : endoscopie pulmonaire, lavage broncho-alvéolaire, scanner ou IRM …

Comment soigner un chien qui tousse ?

 

Les traitements proposés par votre vétérinaire vont être une association de molécules destinées à réduire la toux (anti-inflammatoires surtout et parfois antitussifs) et d’autres destinées à prendre en charge la cause initiale, si elle est identifiée (antibiotiques, traitements cardiaques, antiparasitaires, exérèse de tumeur et chimiothérapie …).

Dans le cas de la toux de chenil, le traitement associe généralement des antitussifs, des anti-inflammatoires pour calmer la douleur et briser le cycle inflammatoire, et une couverture antibiotique dans les cas les plus sévères pour éviter une complication infectieuse.

Bien que la contagiosité de la toux de chenil soit forte entre chiens, aucun des agents pathogènes impliqués dans cette affection n’est transmissible à l’Homme. Si un diagnostic de toux de chenil est établi sur votre chien et que vous en possédez plusieurs, la probabilité que vos autres chiens développent les mêmes symptômes est extrêmement forte.

Afin de limiter la propagation de cette maladie, une mise à l’isolement de votre animal vous sera recommandée par le vétérinaire pendant une vingtaine de jours, correspondant à la période d’excrétion moyenne après disparition des signes cliniques.

Vous avez une question sur la toux chez le chien ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Comment prévenir la toux chez votre chien ?

 

Concernant la « toux de chenil », il existe des vaccins permettant de réduire le risque de contamination chez les chiens à risque : c’est-à-dire ceux vivants en collectivité (élevage, pension, chenil, concours, cours d’éducation canine en groupe …)

Pour la flaccidité trachéale, il est recommandé de mettre un harnais à la place du collier, en particulier chez les chiens de petit gabarit, afin d’éviter les compressions de la trachée lorsque votre chien tire sur sa laisse.

En ce qui concerne les causes cardiaques et tumorales, bien que rien ne puisse être fait au sens propre, il est recommandé de réaliser au moins une fois par un an une visite annuelle de bonne santé (surtout chez les vieux chiens). Ces visites permettent d’ausculter votre chien à la recherche d’un souffle cardiaque (premier signe d’anomalie cardiaque), de masse anormale … et de réaliser des bilans sanguins de prévention.

Faites en sorte que votre chien ait un poids correct et ne soit pas en surpoids. Bien que le surpoids ne soit pas responsable de l’apparition de toux, il est en général un facteur aggravant de celle-ci. D’où l’importance d’une alimentation de qualité en faisant attention à la dose quotidienne donnée.

Enfin, les vermifugations régulières vont permettre d’éviter l’apparition de maladies d’origine parasitaire.