La teigne est une mycose causée par un champignon invisible à l’œil nu. Elle prolifère dans la peau et les poils de nombreux animaux, comme le chat et le chien. Cette maladie est importante à connaître et reconnaître car elle est très contagieuse et transmissible à l’homme. Ainsi, la moitié des personnes en contact avec un chat infecté développent des lésions cutanées. Zoom sur les causes, manifestations et traitements de la teigne chez le chat.

Qu’est-ce que la teigne ?



A propos du champignon



La teigne est une maladie de la peau infectieuse et contagieuse due à l’action de diverses espèces de champignons appelées dermatophytes. C’est donc une mycose. Cette maladie est peu spécifique, ce qui veut dire qu’elle peut toucher un grand nombre d’espèces animales à poils dont l’homme, c’est donc une zoonose. La dermatophytose (autre nom de la teigne) est une maladie cutanée très fréquente chez le chat. Elle est parfois très difficile à éradiquer car ces champignons sont extrêmement résistants dans l’environnement.

Il existe plusieurs champignons responsables de la teigne chez le chat :

  • Chez le chat, dans 60 à 80% des cas, la teigne est le plus souvent due à un champignon nommé Microsporum canis. Il est en général responsable des formes classiques avec perte de poils sans démangeaisons et inflammation.
  • Le deuxième champignon responsable de la teigne est Trichophyton mentagrophytes dont le réservoir est surtout constitué par les micromammifères sauvages. La contamination des chats se fait alors plutôt à partir du milieu extérieur. Cette espèce est responsable de teigne plutôt inflammatoire.
  • Il existe d’autres types bien plus rares.

Le champignon se développe dans la couche la plus superficielle de la peau, et également dans les poils en finissant par les fragiliser et les casser. On peut retrouver plusieurs formes de ce champignon : des filaments et des spores.

Mode de transmission



La teigne étant un parasite extrêmement résistant dans le milieu extérieur, la contamination des chats peut se faire soit par contact direct avec un autre animal contaminé (chat ou pas) ou directement avec l’environnement contaminé : poils tombés, les tissus de la maison, la brosse de l’animal … On dit que les spores présentes dans l’environnement peuvent survivre pendant près de 1 an ! Cela veut aussi dire qu’un animal vivant strictement en intérieur peut quand même attraper la teigne, surtout s’il est à risque (voir plus bas), car nous pouvons ramener chez nous des spores sur nos vêtements et nos chaussures.

Selon les études, il est également décrit que plus de 30% à plus de 50% des félins touchés par la teigne présentent des signes cliniques, les autres ne présentent aucun signe (on dit asymptomatique), ils sont porteurs sains. Ces chats sont particulièrement problématiques car ils continuent de contaminer l’environnement sans que l’on s’en rende compte.

Les animaux jeunes, ceux vivant en collectivité ainsi que certaines races (exemple du Persan) sont plus prédisposés à la teigne. Certaines situations prédisposent aussi à l’infection par le champignon : l’utilisation de certains médicaments immunosuppresseurs (glucocorticoïdes, ciclosporine ..), une infection par des virus tels que le FIV ou sida du chat, ou le FeLV appelé leucose féline), un stress, des carences alimentaires et la présence d’autres parasites comme les puces.

Comment reconnaître la teigne chez le chat ?



Symptômes de la teigne chez le chat



La teigne est une maladie de peau, à l’origine de lésions sur le corps de l’animal. Il n’y a pas de signes cliniques généraux tels que température ou fatigue, sauf en cas de complication.

Il existe plusieurs formes cliniques différentes, mais dans la grande majorité des cas (> 50%), on observe des lésions sur la peau souvent circulaires, qui s’étendent de manière centrifuge et qui s’accompagnent d’une perte de poil : on parle d’alopécie. Les lésions sont en générale peu inflammatoire et non prurigineuse, cela veut dire qu’elles ne sont pas rouges et qu’elles ne grattent pas. Les principales zones du corps atteintes sont la tête et les extrémités. Ces lésions primaires peuvent parfois se compliquer avec apparition de croûtes, de rougeur et de lésions plus profondes. Dans le reste des cas de teigne on a des lésions très variées avec possibilités de démangeaisons, de suppuration, de rougeur …).

Devant toute lésion alopécique (avec perte de poils) chez le chat, quels que soit son aspect et ses caractéristiques, on doit poser l’hypothèse de teigne !!! Il ne faut donc pas d’emblée exclure une hypothèse de teigne car les lésions sont en plus inflammatoire et qu’elles grattent.

Si vous observez des lésions suspectes sur votre animal, prenez rendez-vous chez votre vétérinaire rapidement afin de confirmer le diagnostic et de commencer un traitement adapté.

Moyens de détections



Pour diagnostiquer avec certitude une teigne il est indispensable de réaliser des examens complémentaires. Il en existe trois qui peuvent être réalisés :

  • Un test à la lampe de Wood : certaines souches de Microsporum canis sont capables de synthétiser une substance (la ptéridine) qui si elle est soumise à des rayons UV va entrainer une fluorescence particulière verte fluo. Il est important de retenir que toutes les souches de Microsporum canins ne synthétisent pas cette substance donc qu’une absence de fluorescence ne veut pas dire que le chat n’a pas la teigne. De plus seuls les filaments présents sur les poils de l’animal émettent cette substance et pas les spores. Sur les chats porteurs asymptomatiques on ne va donc pas mettre en évidence de fluorescence non plus alors qu’ils sont quand même porteurs et contaminants. Cet examen est donc intéressant à réaliser si votre vétérinaire possède une lampe de Wood mais en cas de résultat négatif il convient d’être prudent et peut être de réaliser un des autres examens complémentaires possibles listé ci-dessous.
  • Un examen direct des poils au microscope pour mettre en évidence des filaments et des spores. Cet examen n’est pas toujours très sensible, ce n’est pas parce que l’on ne met rien en évidence que ce n’est pas la teigne.
  • Des examens de laboratoire de culture du champignon pour un diagnostic définitif et l’identification du champignon en cause. On réalise alors une « moquette » : le vétérinaire prend un morceau de moquette stérile qu’il va frotter sur les poils de votre chat pour prélever spores et filaments. La moquette est alors envoyée au laboratoire pour mise en culture et voir si on avait effectivement des spores/filaments de teigne sur le chat. C’est la technique diagnostic la plus fiable et qui est souvent réalisée à l’issue du traitement de votre animal pour vérifier qu’il n’y a effectivement plus de champignons présents.

Vous avez un doute ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Quels traitements pour la teigne chez le chat ?



Certaines formes simples de la teigne peuvent disparaître spontanément en plusieurs semaines ou mois. Mais il n’est pas possible de prédire en avance une telle évolution et pendant ce temps le risque de contamination de l’environnement perdure et donc aussi le risque de contamination de l’homme vivant au contact du chat malade. Il est donc nécessaire de toujours traiter l’animal même si les lésions sont peu étendues.

L’objectif du traitement est d’accélérer la guérison des lésions, supprimer le champignon de la peau et diminuer le risque de contagion. Le traitement associe trois volets :

  • un traitement local à base d’antifongique, surtout chez les chats à poil long.
  • un traitement antifongique par voie générale à faire avaler, en comprimé ou en sirop.
  • et un traitement de l’environnement. C’est probablement le plus difficile à réaliser efficacement : nettoyage des tissus à la machine à 60°C, passage régulier de l’aspirateur en jetant bien les sacs après chaque passage (ou vidange et nettoyage du réservoir à chaque fois), et désinfection des sols et objets en contact avec l’animal comme les brosses. On peut utiliser de la javel diluée.

Si d’autres animaux vivent avec le chat malade il faut aussi les traiter !

Le traitement de la teigne est difficile et long. Il convient de traiter les animaux pendant au moins 4 semaines d’affilées. Certaines études recommandent de poursuivre le traitement jusqu’à l’obtention de deux cultures fongiques négatives effectuées à 15 jours d’intervalle, ce qui peut aussi devenir assez coûteux.

Quels moyens de prévention contre la teigne ?



Il n’existe pas de moyen efficace pour prévenir l’apparition de la teigne chez le chat. Le parasite étant microscopique et très résistant on ne sait même pas quand on le ramène à la maison. Dans le cas où un seul chat est malade et qu’il y a d’autres animaux, même la séparation physique au sein de la maison n’est pas un gage de protection, d’où la nécessité de traiter tous les individus du foyer.

Transmission de la teigne à l’homme



La teigne est une maladie transmissible de l’animal à l’homme. On appelle cela une zoonose. Le risque est plus important pour les personnes fragiles comme les enfants, les personnes âgées, les personnes immunodéprimées.

Les lésions sont en générales circulaires avec des petites vésicules, et un liseré plus rouge en périphérie. On parle d’herpes circiné. Ces lésions peuvent gratter ou pas. Elles sont situées sur les zones de contact avec le chat : bras, cou, visage …. Tout le corps peut être atteint à l’exclusion du cuir chevelu. En cas de doute il convient de vous rentre chez votre médecin pour confirmer l’hypothèse de teigne et recevoir un traitement adapté. Si vous avez un chat à la maison (éventuellement un chien) et que vous seul présentez des lésions il faudra consulter votre vétérinaire de façon à savoir si votre animal est porteur sain et le traiter lui aussi.

Si vous devez traiter votre chat malade à la maison et que vous êtes jusqu'à présent sain, n'hésitez pas à porter des gants pendant que vous faites les traitements et à bien vous lavez les mains après avoir caresser votre chat.