Quel propriétaire de chien n’a jamais été confronté au tartre chez son petit compagnon ? Ce fameux dépôt de tartre, responsable de nombreux désagréments au niveau de la cavité buccale, notamment d’une mauvaise haleine, rapportée dans plus de 75% des cas, n’est pourtant pas une fatalité. Une bonne hygiène bucco-dentaire peut, en effet, si ce n’est éliminer tout risque d’apparition du tartre, en limiter fortement la sévérité et les conséquences néfastes pour votre animal.

Dans cet article, un de nos vétérinaires vous donne les clés pour comprendre et gérer au mieux cette problématique majeure concernant l’hygiène bucco-dentaire chez le chien qu’est le tartre.

Qu’est-ce que le tartre ?



Le tartre est un dépôt dur, blanchâtre dans un premier temps mais qui peut évoluer vers une teinte marronnée avec le temps, qui se développe :

  • à la surface des dents,
  • dans les petits espaces présents entre deux dents adjacentes,
  • et au niveau des gencives, à la base des dents.

Ce dépôt se met en place par épaississement puis calcification de ce que l’on appelle la « plaque dentaire ». Il s’agit d’un conglomérat de bactéries naturellement présentes au sein de la cavité buccale de votre chien, associées à un mélange de salive et de résidus provenant de son alimentation, qui peuvent se retrouver piégés dans de petits espaces autour des dents.

Le tartre est constitué à 75% de matière minérale apportée par la salive. Les dents les plus exposées sont celles localisées en regard des glandes salivaires. Il commence à se former 48h après mise en place de la plaque dentaire et peut être visible au bout de 2 semaines en l’absence de mise en place de rituels d’hygiène bucco-dentaire.

La formation de la plaque dentaire et du tartre dépend de la qualité de la salive, du pH salivaire et des bactéries présentes dans la cavité buccale. Il existe également de nombreux facteurs prédisposant à l’apparition d’un dépôt de tartre comme :

  • La race de votre chien, les chiens de petit format étant bien souvent plus impactés que les autres ;
  • La morphologie de la gueule, les races brachycéphales (museau aplati) et les chiens présentant un défaut de conformation de la mâchoire (prognathisme par exemple) étant également plus fréquemment concerné ;
  • L’âge : bien que 80% des chiens soient directement concernés par un problème lié à la présence de tartre dès l’âge de 3 ans, plus votre chien est âgé, plus le processus de formation du tartre est avancé et donc plus il est à risque d’en avoir en quantité non-négligeable au niveau de la dentition ;
  • L’alimentation : une alimentation industrielle sèche, c’est-à-dire à base de croquettes, aura tendance à limiter le dépôt de tartre car elle laisse moins de résidus et provoque plus d’abrasion mécanique au niveau de l’émail dentaire qu’une ration ménagère ou que de la pâtée ;
  • Un défaut de mastication : la mastication est à la fois un besoin naturel chez le chien, un très bon passe-temps pour éviter l’ennui et les destructions de vos affaires personnelles qui peuvent en découler et une activité ayant un effet mécanique important sur la surface des dents. Ainsi, elle participe à limiter le dépôt de plaque dentaire sur les dents de votre compagnon.

Comment prendre en charge l'hygiène bucco-dentaire de votre chien : des conseils ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Quels sont les risques associés à la présence de tartre pour votre chien ?



La présence de tartre sur les dents de votre chien n’est pas, en soi, quelque chose de dramatique étant donné que cela ne met pas en jeu son pronostic vital et que cela n’est pas, a priori, douloureux. En revanche, de nombreuses conséquences néfastes pour votre animal sont liées à la présence de tartre.

La maladie parodontale



Il s’agit d’une atteinte progressive, d’évolution lente, des tissus de soutien des dents (gencives et os de la mâchoire). Elle est consécutive à la colonisation des gencives par les bactéries de la plaque dentaire. Cette présence bactérienne résulte en une inflammation plus ou moins marquée de la gencive (gingivite) et la destruction progressive de l’os de la mâchoire. A terme, en l’absence de prise en charge, la lyse osseuse peut être tellement marquée que les dents vont se déchausser.

Le premier signe rapporté est généralement une mauvaise haleine. Dans les cas plus sévères, une hypersalivation (ptyalisme), une baisse d’appétit, un changement de comportement, des écoulements du nez ou des éternuements peuvent aussi être observés.

La prise en charge de cette maladie parodontale passe par la réalisation de soins chirurgicaux dentaires sous anesthésie générale (détartrage complet +/- extractions dentaires) et la prescription de bonnes pratiques en termes d’hygiène bucco-dentaire.

Abcès dentaires



La présence de bactéries au niveau d’une zone très inflammée de la gencive, environnement très favorable à la multiplication bactérienne, peut parfois aboutir au développement d’un abcès dentaire. Dans ce cas, l’animal va présenter de manière brutale des symptômes alertant le propriétaire : signes de douleurs au niveau de la cavité buccale, anorexie totale, déformation de la face, changement de comportement, fièvre…

Une prise en charge rapide sera nécessaire afin de permettre à l’animal de retrouver un certain confort et de lui permettre une reprise d’appétit spontanée le plus vite possible.

Effets systémiques



Le passage de bactéries provenant de la cavité buccale vers la circulation sanguine peut survenir et n’est pas sans conséquences sur l’organisme. Dans ce cas, l’animal peut présenter des risques de développer certaines :

  • Affections hépatiques,
  • Affections rénales,
  • Affections cardiaques,
  • Septicémie…

Il est suspecté que 95% des chiens présenteraient une gingivite à l’âge de 3-4 ans. Ainsi, même si un faible pourcentage d’entre eux présente des effets systémiques, cela représente une certaine tranche non-négligeable de l’ensemble de la population canine.

Que faire pour empêcher le tartre de se développer ?



Il existe heureusement de nombreuses alternatives thérapeutiques afin de lutter contre le développement de la plaque dentaire et le dépôt de tartre chez le chien. Tout comme pour nous, le moyen le plus efficace pour prévenir l’apparition du tartre est le brossage dentaire.

Brossage dentaire chez le chien pour lutter contre le tartre

Ce geste est actuellement encore trop peu démocratisé au sein des propriétaires d’animaux. Pourtant, il suffirait de déloger la plaque dentaire à l’aide d’une brosse à dents, à la fin de chaque journée, afin que celle-ci n’évolue pas (ou en très faible quantité) en dépôt de tartre.

Pour ce faire, sachez qu’il existe des kits de brossage dentaire spécifiques pour chien composés :

  • D’une brosse à dents souple, idéale pour le brossage des dents du chien et pour atteindre certaines zones au sein de la gueule de l’animal,
  • D’un doigtier, permettant d’habituer progressivement l’animal à la sensation de frottement mécanique d’une surface abrasive au niveau des dents,
  • D’un dentifrice spécifiquement conçu pour les chiens. En effet, il est recommandé de ne JAMAIS utiliser votre propre dentifrice pour laver les dents de votre chien. Outre le goût mentholé qui lui sera probablement désagréable (au goût et à l’odeur), nos dentifrices sont hautement composés de fluor, ce qui ne pose pas de problème chez nous car nous ne l’avalons pas. Votre chien, en revanche, ne recrachera pas son dentifrice en fin de brossage. Une ingestion chronique de fluor pourrait engendrer chez lui des troubles graves, notamment au niveau ostéo-articulaire.

Il est possible de mettre en place ces bonnes pratiques à tout âge, notamment en associant le moment du brossage dentaire à un moment agréable (jeu, récompenses…). On parle de renforcement positif. Néanmoins, il est tout de même globalement plus simple d’habituer votre animal dès son plus jeune âge (commencer autour de 5-6 mois). La fréquence minimale recommandée est de brosser les dents de votre chien tous les 3 jours. Le tartre pouvant se mettre en place dès 48h comme nous l’avons vu, un brossage quotidien serait cependant l’idéal. Si vous souhaitez en savoir davantage sur le brossage dentaire, n’hésitez pas à consulter notre article sur le sujet : Comment nettoyer les dents de mon chien ? Guide vétérinaire.

D’autres types de dentifrices sont également disponibles sur le marché vétérinaire, permettant de répondre à la problématique concernant les chiens qui n’acceptent pas de se laisser brosser les dents. On peut notamment citer :

  • Les solutions buvables, à mettre quotidiennement dans la gamelle d’eau de votre chien, permettant une action antiseptique et une lutte contre la mauvaise haleine ;
  • Les dentifrices en poudre, à déposer tous les jours sur la nourriture de votre animal ;
  • Les dentifrices à croquer, à donner une fois par jour en guise de friandises à votre compagnon ;
  • Les lamelles enzymatiques à mâcher, également à donner sous forme de friandises, tous les jours. Leur forme et leur composition permettent à la fois une action chimique et mécanique pour déloger la plaque dentaire de la surface des dents de votre chien.

Sur notre boutique en ligne, découvrez un panel de produits d’hygiène bucco-dentaire minutieusement sélectionnés par nos soins pour vous accompagner dans votre lutte contre le tartre chez votre animal de compagnie.

Nos meilleurs produits d'hygiène bucco-dentaire pour chien