Vous souhaitez faire reproduire votre chien mâle ou femelle mais ne savez pas comment vous y prendre ? Dans cet article, un vétérinaire vous explique tout ce qu’il faut savoir sur la saillie dans l’espèce canine : quand peut-elle avoir lieu ? quelles sont les démarches à réaliser ? Quel est le coût ? …

Qu’est-ce qu’une saillie ?



La saillie est l’acte d’accouplement entre un chien mâle et un chien femelle non stérilisés pouvant entraîner une gestation (ou grossesse) et la naissance d’une portée de chiots.

Préparatifs en amont de la saillie chez le chien



Avant toutes saillies, il est bon de s’assurer que les chiens en question sont en bonne santé, correctement vaccinés et vermifugés.

Si vous souhaitez faire reproduire votre chien de race, inscrit au LOF, il sera indispensable que les propriétaires de la femelle remplissent un certificat de saillie (jusqu’à 8 semaines après le jour de la saillie) à envoyer à la société centrale canine (SCC), afin que les chiots à naître soient inscrits directement au livre des origines de l’espèce.

Il doit être convenu en avance, par écrit (préférable) ou à l’oral, de toutes les modalités concernant la saillie, que celle-ci ait lieu entre deux chiens inscrits au LOF ou non : indemnisation des propriétaires du mâle (étalon), lieu de la saillie, marche à suivre si la femelle reste vide ….

Combien coûte une saillie chez le chien ?



En cas de saillie planifiée entre deux propriétaires de chiens, ceux-ci doivent convenir à l’avance de la façon dont le propriétaire du mâle sera rémunéré. Ce contrat peut être aussi bien écrit qu’oral tant que chacune des parties le respecte.

Il est en général convenu que c’est le propriétaire de la chienne qui fait les plus gros bénéfices avec les chiots de la portée. On considère alors, après accord, que c’est à eux d’assumer les dépenses éventuelles liées aux déplacements réalisés pour la saillie.

Les propriétaires du mâle (étalon) sont en général rémunérés d’une des deux façons suivantes :

  • Ils choisissent un chiot de la portée qu’ils vont garder.
  • Ils reçoivent, en euros, la valeur d’un chiot.

Dans le cas où la saillie n’aurait pas été fructueuse, il est souvent convenu qu’une deuxième saillie par le mâle peut être réalisée gratuitement.

Les faits énoncés précédemment ne sont que des généralités et tout peut être accepté tant que les deux parties se sont mises d’accord.

A partir de quel âge peut-on faire saillir son chien ?



Les chiens ne peuvent se reproduire qu’à partir du moment où ils sont matures sexuellement, c’est-à-dire après la puberté. Chez la femelle, la puberté signifie le début des chaleurs et la production d’ovules matures, alors que chez le mâle, cela signe le début de la production de spermatozoïdes.

Dans l’espèce canine la puberté a lieu vers l’âge de 6 mois chez les chiens de petites races et vers l’âge de 12-18 mois chez les chiens de grandes races.

Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article A quel âge un chien peut se reproduire ?

Quel est le bon moment pour faire saillir son chien ?



Rappels concernant le cycle sexuel chez la chienne



Le cycle sexuel de la chienne est constitué classiquement de trois phases qui se font suites :

  • Les chaleurs (phase folliculaire). Cette période s’étale sur environ 3 semaines et se décompose en deux parties. Le pro-œstrus (10-15 jours en moyenne) pendant laquelle la femelle n’accepte pas le mâle et l’œstrus (10-15 jours en moyenne) au début de laquelle se produit l’ovulation et où la femelle accepte de se faire saillir par le mâle.
  • La phase lutéale ou metoestrus. Cette phase est due à la persistance du corps jaune après l’ovulation, que la chienne soit gestante ou non. Chez une chienne enceinte, cette période dure 61 à 63 jours alors que sinon elle peut durer presque 3 mois.
  • La phase d’anœstrus qui est la période de repos avant le prochain cycle de chaleurs. La durée de cette phase est variable en fonction des individus.

Remarque : Lorsque l’ovulation a lieu, il faut attendre encore 48h pour que l’ovocyte éjecté soit considéré mature et fécondable. Il survit ensuite entre 2 et 3 jours. C’est donc entre 2 et 5 jours après l’ovulation que la chienne a le plus de chance d’être fécondée et d’entamer une gestation.

A quel moment la chienne accepte-t-elle le mâle ?



Une chienne va accepter de se faire prendre par un mâle seulement pendant la deuxième partie de ses chaleurs, pendant l’œstrus, au moment où va avoir lieu l’ovulation (spontanée dans l’espèce canine).

Il ne sert à rien de mettre en contact un chien et une chienne avant ce moment-là car la chienne ne se laissera pas faire et il n’y aura pas d’accouplement.

Sans suivi de chaleurs, la mise en contact du mâle et de la femelle se fait un peu à l’aveugle. Même si cela fonctionne, il peut être intéressant de les remettre ensemble 1 ou 2 jours après pour augmenter les chances d’insémination. Les spermatozoïdes peuvent survivre plusieurs jours dans l’utérus (jusqu’à 7 jours), mais si l’accouplement est réalisé trop tôt par rapport à l’ovulation ils risquent d’avoir tous disparus avant de pouvoir être en contact avec l’ovocyte.

Le suivi des chaleurs chez la chienne permet de savoir quand a lieu l’ovulation



Pour savoir avec précision quand la chienne est en chaleur (oestrus) et à quel moment elle va ovuler il est très intéressant de réaliser un suivi de chaleur chez le vétérinaire. Ce suivi consiste à réaliser des frottis vaginaux réguliers pour savoir à partir de quand la chienne va entrer dans la période d’œstrus. Dans un deuxième temps, le vétérinaire va proposer de réaliser des prises de sang régulières (en général tous les deux jours) pour doser la progestérone, ce qui va permettre de connaître avec une grande précision la date de l’ovulation. Il pourra alors déterminer le meilleur moment pour mettre en contact la femelle et le mâle.

Déroulement de la saillie dans l’espèce canine



Il est conseillé de réaliser la saillie chez le propriétaire du chien mâle car celui-ci sera plus à son aise dans son environnement et aura moins tendance à se laisser dominer par la femelle.

L’accouplement (saillie) dans l’espèce canine peut se décomposer en plusieurs étapes :

  • Les deux chiens vont commencer par faire connaissance de manière tout à fait normale. Ils vont jouer ensemble, se renifler l’arrière-train.
  • La femelle se pose et présente son arrière-train au mâle en mettant sa queue sur le côté. Le mâle commence alors à essayer de lui grimper dessus. A ce moment-là, la femelle a toujours la possibilité de repousser le mâle.
  • Le mâle finit par monter sur la femelle et l’accouplement a lieu de façon très rapide (peut durer jusque 20 minutes). Il y a une première éjaculation.
  • Enfin le mâle se retourne et les deux chiens se retrouvent coincés fesses contre fesses. C’est ce qu’on appelle le nouage ou le verrouillage. Une nouvelle éjaculation a lieu ce moment-là. Cette phase peut parfois durer un certain temps (jusque 1h).

Il ne faut surtout pas tenter de séparer deux chiens qui s’accouplent une fois que le mâle a pénétré la femelle. En effet, le pénis est réellement coincé dans le vagin de la femelle et si on tire trop fort on peut causer des déchirures du vagin et/ou une fracture de l’os pénien (os présent dans le pénis chez le chien). Si l’accouplement a lieu mais n’était pas souhaité il est trop tard ! Il faudra réaliser un avortement chez le vétérinaire ou a minima un suivi de gestation pour savoir si la femelle est pleine.

Combien de temps dure une saillie ?



L’accouplement proprement dit dans l’espèce canine dure en moyenne 20-30 minutes. Dans certains cas cela peut durer beaucoup plus longtemps, 1h environ.

Comment peut-on savoir si la saillie a fonctionné ?



Il n’y a aucun moyen immédiat pour savoir si la saillie a fonctionné. Il n’existe pas, comme chez la femme, de test urinaire à réaliser à la maison quelques jours/semaines après la saillie.

On peut déjà surveiller si on observe des changements de morphologie et de comportement chez la chienne : prise de poids, gros ventre, augmentation de la taille des mamelles, comportement de nidification … Seulement certains de ces signes sont peu spécifiques et peuvent passer inaperçus. Les plus évocateurs n’arrivent en général que tardivement pendant la gestation.

Il est donc recommandé de se rendre chez le vétérinaire pour réaliser un diagnostic puis un suivi de gestation. Trois examens peuvent être proposés, seuls ou en associations :

  • Prise de sang avec dosage de la relaxine dès 20 jours après l’ovulation. Cette hormone n’étant produite que pendant la grossesse, si elle est détectée alors la chienne est gestante avec certitude.
  • Echographie de gestation dès 28 jours après l’ovulation. Cet examen permet de confirmer la gestation (attention aux faux négatifs si l’examen est réalisé trop tôt), de vérifier que les chiots sont en bonne santé (visualisation des battements du cœur et mesure de la fréquence cardiaque) et d’essayer de compter les chiots.
  • Radiographie de gestation dès 45 jours après l’ovulation. Avec cet examen on peut compter avec précision le nombre de chiots présents dans l’utérus de la femelle et s’assurer de leur passage par voie basse.

Pour avoir plus d’informations sur le diagnostic de gestation chez la chienne, sur les signes à rechercher et les différents examens complémentaires possibles, nous vous invitons à lire notre article « Comment savoir si une chienne est enceinte ? Les signes ! ».

L’insémination artificielle : une alternative à la saillie naturelle



Chez le chien, il est possible de réaliser des inséminations artificielles lorsque la saillie naturelle n’est pas possible :

  • Mâle trop jeune et inexpérimenté ou trop vieux et incapable physiquement de réaliser l’acte. Pour rappel, si le mâle est vraiment trop jeune ou trop vieux sa semence ne sera pas non plus de très bonne qualité !
  • Race avec libido faible comme les Golden retriever, les Basset Hound, Mastiff …
  • Problème orthopédique qui empêche le mâle de se mettre en position ou la femelle de supporter le poids du mâle.
  • Chiens avec des lésions ou des malformations au niveau du pénis/vulve.
  • Refus de la femelle de se faire prendre par le mâle même pendant la bonne période (femelle très dominante par exemple).
  • Eloignement géographique très important entre le mâle et la femelle.
  • Confort des propriétaires qui veulent éviter tout accident pendant la saillie.

Il faut d’abord prélever le sperme du mâle chez le vétérinaire. Il est possible de réaliser un spermogramme pour vérifier la qualité de la semence, notamment en cas d’échecs répétés. En parallèle, on aura réalisé un suivi de chaleur et de l’ovulation chez la femelle pour faire le prélèvement chez le mâle et réaliser l’insémination artificielle au meilleur moment. C’est un geste indolore pour la chienne, en général très bien supporté, qui peut donc être réalisé sur l’animal vigil (sans anesthésie).

Le vétérinaire qui a recueilli le sperme du mâle doit établir une attestation pour certifier de l’identité du mâle donneur, à envoyer à la SCC (si chiens LOF).