Cette maladie, aussi décrite chez l’enfant, est également appelée “syndrome de Legg-Perthes-Calvé”. Elle atteint l’articulation de la hanche à la suite d’une déformation de la tête du fémur.

A l’origine de cette atteinte, on a mis en évidence un défaut de la vascularisation de la tête du fémur causant sa nécrose et, à terme, sa disparition. La raison de cette anomalie vasculaire n’est à ce jour pas déterminée.

Une composante génétique semble très probable, étant donné que certaines races de chien sont prédisposées, mais cette nécrose peut également faire suite à un traumatisme dans certains cas. Le choc provoquerait une compression des vaisseaux et donc une mauvaise irrigation de la tête fémorale.

Généralement, la maladie touche des chiots de moins d'un an, le plus fréquemment entre 5 et 8 mois, sans prédisposition de sexe. Il est recommandé de ne pas mettre à la reproduction un chien ayant présenté cette affection.

Dans près de 90% des cas, la nécrose aseptique de la tête fémorale ne touche qu’une hanche sur deux.

Les symptômes observés sont :

  • Une boiterie progressive d’une patte arrière,
  • Des manifestations de gêne ou de douleur à la mobilisation de la hanche,
  • Une raideur de la patte,
  • Une perte de masse musculaire,
  • Une diminution de la mobilité du chien.

  • Une radiographie du bassin permet d'établir le diagnostic du syndrome de Legg-Perthes-Calvé. On observe des lésions caractéristiques de cette maladie et des signes d’arthrose de la hanche.

    Le pronostic est bon et le traitement consiste à retirer la tête et le col du fémur tout en recréant une articulation de la hanche avec les tissus avoisinants au cours de la même intervention chirurgicale. Une immobilisation temporaire, le temps de la cicatrisation osseuse, ainsi que quelques séances de rééducation fonctionnelle et de physiothérapie sont indispensables au bon rétablissement post-opératoire.

    Dans la très grande majorité des cas, le chien retrouve une démarche quasiment normale. Une légère boiterie résiduelle peut occasionnellement être observée, surtout après une période d’exercice intense.