Les maladies des animaux pouvant se transmettre à l’homme sont appelées zoonoses. Certaines sont des maladies de gravité relative alors que d’autres sont mortelles. Cet article vous présente les zoonoses qui concernent l’homme et le chien et qui sont importantes à connaitre.

Comment se transmet une zoonose ?

Cela dépend de la maladie en question. D’une maladie à l’autre, les modes de transmission sont variables. Il peut s’agir d’une transmission par voie orale lorsque des personnes ingèrent des aliments contaminés par les excrétas (salive, urines, fèces) d’un chien malade. Certaines maladies du chien se transmettent par voie cutanée, c’est-à-dire par le contact d’une peau blessée avec un chien malade ; c’est le cas de la rage qui se transmet suite à une morsure ou par contact avec la salive d’un chien enragé. Parfois, le simple contact entre la peau saine d’une personne et celle d’un chien malade permet de véhiculer la maladie ; c’est le cas de la teigne, maladie due à la présence d’un champignon qui prolifère sur la peau des chiens ou d’autres espèces animales. Enfin, la voie aérienne est également une voie de transmission possible de certaines maladies ; les agents pathogènes (champignons, bactéries) se transmettent de l’animal à l’homme via l’air ambiant. Cette voie de transmission est plus rare que les précédentes.

Les zoonoses du chien les plus importantes à connaitre

La rage

La rage peut toucher tous les mammifères terrestres y compris les chauve-souris. Le virus rabique de la chauve-souris est un peu différent du virus rabique touchant les autres mammifères. La rage est une maladie mortelle pour l’animal et pour l’homme. Chaque année, cette maladie tue 60 000 personnes dans le monde, notamment des enfants dans les pays en développement. Elle est présente sur tous les continents, notamment en Afrique et est due à un virus qui se loge au niveau du système nerveux. Chez l’homme et l’animal, les symptômes sont ceux d’une encéphalite ; changement de comportement, pertes d’équilibre, convulsions, tremblements, paralysie puis la mort. La rage se transmet à l’homme par morsure ou par contact avec des objets souillés par la salive de l’animal malade. Plus de 95 % des cas humains de rage sont dus à des morsures de chiens infectés. La majorité des pays Européens sont indemnes de rage, c’est-à-dire que le virus ne circule plus sur leur territoire. Attention, de rares cas de rage sont malgré tout régulièrement signalés en Europe en raison d’importations illégales d’animaux contaminés en provenance de pays non indemnes (Maghreb, Sri lanka par exemple). La plupart du temps, les personnes concernées ne sont pas sensibilisées au risque de rage dans les pays qu’elles visitent et n’ont pas conscience du risque qu’elles prennent en ramenant chez elles un chien adopté au cours de leur périple. En raison de ce danger, la rage est une maladie très réglementée. Les carnivores domestiques (chien, chat, furet) doivent obligatoirement être vaccinés contre la rage pour circuler en Europe et dans de nombreux pays du monde. En France, toute morsure de chien, vacciné ou non, a pour conséquence la mise en place d’un protocole mordeur. Cela signifie que l’animal qui a mordu doit être surveillé par un vétérinaire au cours des 15 jours qui suivent la morsure. Quel que soit le contexte de morsure, l’animal mordeur doit être présenté à un vétérinaire le jour de la morsure, puis sept jours plus tard et enfin quinze jours plus tard. L’objectif de ce protocole est de déceler d’éventuels symptômes de rage chez l’animal mordeur qui pourraient signifier que la personne mordue court un grand danger ; celui d’avoir été contaminée par une maladie mortelle. En présence d’un risque avéré, les médecins peuvent prescrire à une personne exposée une sérothérapie d’urgence. Chez l’homme, le vaccin est réservé aux personnes dont l’activité professionnelle est à risque (vétérinaires, personnels de fourrière).

L’échinococcose

L’échinococcose est une maladie due à un parasite appelé echinococcus qui circule entre les carnivores sauvages et domestiques (chien, loup, renard) et les herbivores (bovin, ovin). Le chien se contamine par ingestion de carcasses de vaches ou de moutons contaminées. L’homme se contamine par ingestion d’aliments souillés par les fèces d’un carnivore porteur d’échinococcose ou par ingestion directe de fèces (enfants en bas âge). C’est la raison pour laquelle il est fortement déconseillé de consommer les baies sauvages ou les légumes d’un potager non protégé sans les avoir lavés au préalable. En effet, chiens, loups et renards porteurs d’échinocoques peuvent être passés par là pour déféquer. Chez le chien, la présence de ce parasite au niveau intestinal entraine peu de conséquence. En revanche, chez l’homme, la maladie peut être gravissime voire mortelle. La présence du parasite entraine la formation de kystes au niveau du foie ou des poumons. Dans ces kystes prolifèrent les larves du parasite qui se multiplient. La présence de ces kystes impacte le fonctionnement des organes au sein desquels ils se développent. Les personnes contaminées peuvent développer des hépatites sévères. La maladie est d’évolution lente et insidieuse. La vermifugation régulière des chiens permet d’éviter le portage de ce parasite dans leur tube digestif.

La giardiose

La giardiose est une maladie parasitaire due à la présence d’un parasite appelé Giardia duodenalis dans le tube digestif. Chez l’homme, comme chez le chien, cette maladie se transmet par voie oro-fécale c’est-à-dire par ingestion d’œufs émis dans les fèces d’animaux ou de personnes porteuses du parasite. Ce parasite est très résistant dans le milieu extérieur. La giardiose est une maladie d’importance relative. Chez l’animal comme chez l’homme, elle entraine généralement des diarrhées chroniques.  En revanche, il s’agit d’une maladie parfois difficile à traiter en raison de la résistance du parasite dans le milieu extérieur et en raison de sa résistance à plusieurs médicaments antiparasitaires. En effet, chez le chien, même si un traitement adapté est administré correctement à l’animal, les recontaminations sont fréquentes si l’environnement de l’animal n’est pas correctement nettoyé. Le diagnostic de la giardiose se fait par une analyse de selles (coproscopie). Pour la désinfection d’un environnement souillé par le parasite, les désinfectants classiques sont le plus souvent peu efficaces. Il est conseillé d’utiliser des désinfectants à base d’ammoniums quaternaires. Voyager dans des pays où les mesures d’hygiène ne sont pas respectées constitue un risque supplémentaire de contracter une giardiose.

La toxacarose (infection à Toxocara Canis)

La toxacarose désigne la maladie causée par les parasites Toxocara canis chez le chien et Toxocara cati chez le chat. C’est une maladie présente dans de nombreux pays du globe et notamment, dans les pays en développement. Le parasite adulte est un vers parfois visible à l’œil nu dans les selles d’animaux porteurs. Ces parasites se logent dans l’intestin des animaux infestés. Les symptômes de cette infestation chez les animaux sont les suivants ; diarrhée, vomissements, amaigrissement, dégradation de la qualité du pelage. Cette parasitose est plus fréquente chez les jeunes animaux car ils ne sont pas encore vermifugés correctement. La maladie se transmet par voie oro-fécale (ingestion de fèces contenant les œufs du parasite). Les bacs à sable souillés par les déjections canine et féline constituent des environnements à risque pour la contamination des enfants. Chez l’homme, cette parasitose est plus grave que chez le chien car les parasites peuvent migrer vers différents organes (yeux, foie, système nerveux, poumons) et affecter gravement leur fonctionnement. La vermifugation régulière des chiens et des chats, de même que le respect des bonnes mesures d’hygiène permet de diminuer l’incidence de la maladie et, par voie de conséquence, de diminuer le risque de contamination à l’homme.

La teigne

La teigne est une maladie de la peau des chiens secondaire à la présence de champignons appelé dermatophytes. Il s’agit d’une maladie contagieuse qui se transmet entre chiens et à l’homme par contact direct avec une peau ou un pelage contaminé. Cette maladie est de faible gravité. Un animal atteint de teigne peut présenter des rougeurs, une chute localisée des poils, des démangeaisons, des croûtes. Chez l’homme, le symptôme typique est appelé « herpes circiné » ; cela correspond à une ou plusieurs plaques circulaires rouges entourées de squames sur les jambes ou les bras. Le traitement consiste, chez l’homme, comme chez le chien, en une application de pommades antifongiques ou en l’administration de médicaments antifongiques par voie orale pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines. La teigne peut toucher beaucoup d’animaux domestiques (chiens, chats, rongeurs, bovins, ovins, etc.)

La leptospirose

La leptospirose est une maladie bactérienne grave. Elle est causée par une bactérie émise par les urines des rongeurs. Cette bactérie se retrouve dans les milieux humides et chauds. Les chiens et les personnes peuvent se contaminer par ingestion d’eau souillée ou par contact de leur peau avec la bactérie. La bactérie touche prioritairement certains organes ; les reins, le foie et les poumons. Chez le chien, cette maladie provoque le plus souvent une insuffisance rénale aigue et/ou une hépatite. Chez l’homme, en début d’évolution, elle provoque en général un syndrome grippal (fièvre, céphalées, douleurs musculaires) puis des symptômes de défaillance multiviscérale, notamment hépatique et rénale. Cette maladie peut être mortelle pour le chien comme pour l’homme si elle n’est pas diagnostiquée et traitée à temps. Le diagnostic de la leptospirose passe par une recherche des bactéries dans les urines du malade et par une prise de sang (sérologie). Cette maladie se traite par l’administration d’antibiotiques efficaces contre les leptospires pendant plusieurs semaines. Il existe un vaccin contre la leptospirose chez le chien. Ce vaccin n’est pas protecteur à 100% mais est vivement conseillé par les vétérinaires car la leptospirose est une maladie d’actualité en France, même si l’incidence de la maladie est encore plus importance dans les pays tropicaux. Chez l’homme, le vaccin est réservé aux personnes pratiquant des activités professionnelles à risques (éboueurs, plongeurs).

La gale sarcoptique

Il s’agit d’une maladie contagieuse liée à la présence d’un parasite sur la peau du chien appelé Sarcoptes scabei. La maladie se transmet par contact entre chiens ou par le contact entre un chien et un renard infesté. Les personnes au contact d’un chien malade peuvent contracter la maladie et présenter des symptômes cutanés. Il s’agit cependant d’une maladie d’importance relative puisque le traitement est efficace chez le chien, comme chez l’homme.

La pasteurellose et les infections à germes anaérobies

Il s’agit de maladies bactériennes transmises à l’homme le plus souvent par morsures de chats ou de chiens. Les bactéries responsables sont des bactéries normales de la bouche des carnivores. Les symptômes sont assez évocateurs ; douleur persistante plusieurs heures après la morsure, gonflement et suppuration. Dans les cas les plus sévères, le ganglion de drainage de la région concernée par la morsure s’infecte et une chirurgie est nécessaire pour stopper l’infection. En cas de morsure, il convient donc de nettoyer immédiatement la plaie à l’aide de savons désinfectants puis de consulter un médecin qui prescrira au besoin des antibiotiques efficaces contre les pasteurelles et les germes anaérobies.

Se prémunir contre les zoonoses ; de bonnes mesures d’hygiène comme outil de prévention principal

Vous l’aurez compris, pour diminuer le risque de contracter une zoonose, il convient tout d’abord de respecter de bonnes mesures d’hygiène ; nettoyage des mains avant et après les repas, et après avoir manipulé des objets souillés, surveillance plus accrue des enfants en bas âge, lavage des fruits et légumes avant leur consommation, ramassage des déjections canines et félines. Le respect des protocoles de vaccination et de vermifugation de vos animaux domestiques permet de diminuer l’incidence de certaines maladies, et par conséquent de vous protéger et de protéger votre entourage. Si votre animal de compagnie est atteint d’une zoonose, respectez bien les mises en garde énoncées par votre vétérinaire traitant et les traitements prescrits à votre animal. En présence de symptômes anormaux vous concernant, prévenez le corps médical, vétérinaire et médecins compris. Certaines zoonoses touchent davantage certains pays, en fonction du climat que l’on y trouve et des animaux présents. Vous informer avant un départ en voyage sur les risques zoonotiques vous permet d’adapter votre attitude et de connaitre les facteurs de risque et de ainsi vous protéger contre la majorité des zoonoses.

Vous avez une question sur les zoonoses?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire