Votre chat, grand bagarreur, vous semble fatigué, boude sa gamelle et vous sentez une boule sous les poils, chaude et douloureuse, en le caressant ? C’est probablement un abcès. Pas de panique, celui-ci se soigne très bien s’il est pris en charge assez tôt. 

Qu’est-ce qu’un abcès ?  

Un abcès correspond à une infection bactérienne et une accumulation de pus au sein d’une coque dure. Le pus est un liquide organique composé d’un mélange de bactéries, de cellules mortes et de cellules inflammatoires. Lorsqu’ils sont superficiels ou « cutanés », ce qui représente la très grande majorité des cas, ces abcès forment alors un gonflement, plus ou moins ferme, sur le corps de votre animal.   Cependant, les abcès peuvent concerner d’autres tissus comme les racines dentaires, les poumons, le foie, la rate ou encore les reins. On parle alors d’abcès « profonds ».   

Qu’est-ce qui provoque un abcès ? 

La plupart du temps, chez le chat, ces foyers infectieux se développent à la suite d’une morsure ou d’une griffure profonde par un congénère. Par ce biais, des bactéries d’origine buccale sont inoculées profondément sous la peau et vont alors avoir tout le loisir de se développer.  Attention, n’importe quel corps étranger pénétrant sous la peau (épillet, barbelé, morceau de bois) peut déclencher un abcès. Celui-ci peut aussi être la conséquence de l’extension d’un foyer bactérien initial qui évolue soit localement (abcès dentaire par exemple), soit à distance si les bactéries passent dans la circulation sanguine. Ces abcès étant bien plus rares chez le chat, nous traiterons ici uniquement les abcès de morsure qui en représentent l’écrasante majorité.   

Comment reconnaitre un abcès chez mon chat ? 

Les abcès cutanés mettent quelques jours à « mûrir » et leur aspect évolue au cours du temps. On les rencontre dans certaines zones de prédilection : 
  • Sur la face ou les pattes avant chez les chats téméraires, 
  • Sur le dos et la base de la queue chez les chats plus peureux qui ont tendance à se faire mordre ou griffer lorsqu’ils s’enfuient. 
Il est très difficile de détecter un abcès en tout début d’évolution car, à ce stade, seules les plaies sont présentes et bien cachées entre les poils. Les traces de crocs ne font parfois que quelques millimètres de diamètre ! Votre chat peut tout de même être fiévreux, vous sembler fatigué et refuser sa nourriture. Selon la localisation, il peut aussi présenter une boiterie ou des difficultés pour s’alimenter.  Généralement, vous remarquerez au bout de quelques jours une boule chaude sous la peau en caressant votre compagnon. Celui-ci peut avoir un violent réflexe de défense lors de la manipulation, à cause de la forte douleur engendrée. On dit que l’abcès est « mûr » lorsque cette boule est généralement volumineuse et molle.  L’abcès finit toujours par percer spontanément car la peau fine qui le recouvre se distend et nécrose. Vous pouvez alors constater directement l’écoulement de liquide purulent, pestilentiel, d’une couleur variable, allant du blanc au jaune. Parfois, vous ne remarquerez qu’une tâche sur un drap ou un canapé, car votre chat peut avoir tendance à le lécher rapidement. Souvent, lorsque l’abcès a percé, vous pouvez noter la présence d’une plaie plus volumineuse qui correspond à la zone de nécrose de la peau.    

Faut-il consulter en urgence ? 

Les abcès sont très douloureux chez le chat et le degré d’urgence dépend de nombreux facteurs :  
  • L’état de santé général de votre chat, 
  • La cause de l’abcès (si elle est connue), 
  • Sa taille et sa localisation, 
  • La présence d’autres symptômes comme de la fièvre (au-dessus de 39°C chez le chat). 
Bien qu’il représente rarement une urgence vitale, un abcès cutané mérite toujours une consultation chez votre vétérinaire traitant. Dans de très rares cas, un abcès non traité peut aboutir à une septicémie si les bactéries se propagent dans l’organisme, ou à l’accumulation de pus dans le thorax (pyothorax). Ces complications engagent alors le pronostic vital de l’animal.   

Comment se traite un abcès chez le chat ? 

Les premiers réflexes à avoir en cas de plaie cutanée chez votre chat, s’il se laisse manipuler, sont de tondre les poils autour de la plaie et de la désinfecter avec un antiseptique à base de chlorhexidine par exemple.   Par la suite, votre vétérinaire pourra vous prescrire un traitement adapté en fonction du stade d’évolution de l’abcès.  La plupart des abcès récents non compliqués nécessitent un traitement antiseptique local associé à un traitement anti-inflammatoire pour soulager la douleur, si votre animal ne présente pas de contre-indications. Souvent, des antibiotiques sont également prescrits pour éviter la prolifération des bactéries pathogènes.  En cas d’abcès mûr non percé, le traitement médical ne suffit pas. En effet, il est indispensable de vider l’abcès en réalisant une incision de la peau, afin de vidanger le pus, d’éliminer les tissus morts et de rincer l’intérieur de la coque. Le drainage de l’abcès est réalisé sous sédation voire sous anesthésie générale.  Enfin, si l’abcès a percé et que les lésions de la peau sont importantes (zone de nécrose étendue), une chirurgie un peu plus complexe s’avère nécessaire. La plaie doit être nettoyée et suturée en peau saine et il est probable que votre vétérinaire pose un drain afin de permettre l’écoulement du liquide à l’extérieur et d’éviter une nouvelle collection sous la peau. Ce drain est généralement retiré sous 24 à 48h. Votre animal sort alors souvent de la clinique avec des points de suture et une collerette.  Un abcès non traité présente un fort risque de récidive et de cicatrice.   

Comment éviter que mon chat ne se fasse mordre ? 

Les chats se battent généralement pour défendre leur territoire, ou, en ce qui concerne les mâles, lorsqu’ils sont en compétition pour une femelle en chaleurs.  La mesure la plus efficace pour prévenir les morsures est la stérilisation de votre animal, afin de diminuer significativement le risque de fugue et de bagarre. Les chats castrés deviennent moins bagarreurs, et une femelle stérilisée n’attirera plus les mâles sur son territoire. Cependant, certains chats resteront agressifs malgré la stérilisation.  La prévention des morsures permet par ailleurs de limiter le risque de transmission de maladies graves comme la leucose féline ou le FIV, communément appelé « SIDA du chat ».  Malheureusement, il est très difficile d’empêcher les chats du voisinage de s’aventurer sur votre terrain. Pour les empêcher d’entrer dans la maison, vous pouvez aussi opter pour une chatière à reconnaissance de puce électronique, qui ne laissera passer que votre compagnon.