La constipation chez le chat peut être observée dans de nombreux cas. Un épisode isolé et de courte durée n’est pas alarmant, il peut être simplement lié à un changement alimentaire ou un manque d’activité. En revanche, au-delà de 36 heures, une consultation vétérinaire est vivement conseillée. Nos vétérinaires en ligne répondent présents pour vous conseiller aux mieux sur la démarche à adopter en cas de symptômes de constipation chez votre chat.

Symptômes : Comment savoir si mon chat est constipé ?



La constipation correspond à une diminution de la fréquence des défécations associée à une difficulté à déféquer. On observe souvent une modification de l’aspect des selles qui sont plus sèches et plus dures que la normale. On peut parfois mettre en évidence du sang du fait des lésions qui se créent sur la paroi du côlon et du rectum pendant l’émission de ces selles dures. Dans le cas où les intestins sont remplis de selles grosses et dures, parfois comme du caillou, on parle de fécalome.

Le chat va donc faire des allers-retours dans sa litière sans résultat ou alors avec émission de toutes petites selles dures et foncées. Si cela est douloureux (ténesme), il peut miauler pendant ces essais et même présenter une malpropreté fécale en faisant des crottes en dehors de la litière. Quand la constipation s’installe sur plusieurs jours, le chat présente un abattement et un ventre qui finit par gonfler du fait de l’accumulation de selles dans le côlon. Il peut ne plus vouloir que vous le caressiez sur le ventre car cela est douloureux.

Ces symptômes sont faciles à observer sur un chat qui vit strictement en intérieur. Pour un chat qui sort et qui fait habituellement ses besoins dehors, il peut être difficile dans un premier temps de se rendre compte qu’il est constipé. Cependant au bout de plusieurs jours vous devriez remarquer un changement dans son comportement, un ventre qui gonfle et même des essais pour faire caca à la maison.

Dans les cas avancés de constipation chez le chat on peut aussi avoir des vomissements puisqu’il y a une occlusion digestive qui n’est pas levée.

Dans les cas de constipation chronique que l’on n’arrive pas à gérer correctement on peut avoir ce que l’on appelle un mégacôlon. C’est une maladie caractérisée par une dilatation et une hypo-motilité du côlon. Il faut à tout prix éviter d’arriver à ce stade car en cas de mégacôlon le pronostic est réservé puisque le côlon ne peut plus fonctionner correctement.

Attention : Un chat qui fait des allers-retours à la litière peut aussi présenter des problèmes urinaires ! Et un chat qui n’urine plus du tout est une urgence vitale. Il faut donc toujours faire attention quand on pense que son chat est constipé et bien vérifié que celui-ci arrive à uriner correctement.

Votre chat est constipé ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Les causes provoquant une constipation chez le chat



De nombreux facteurs peuvent entrainer une constipation chez le chat. On va avoir des facteurs favorisants qui vont dépendre de l’animal, des facteurs environnementaux, le type d’alimentation et différentes maladies qui peuvent entraîner une constipation.

Facteurs favorisants dépendant du chat



La sédentarité, c’est-à-dire un mode de vie associé à une absence d’activité (plus chez les chats d’intérieur strict) et le surpoids constituent des facteurs de risque de constipation chez le chat. Plus le chat est sédentaire plus en général on a des ralentissements de transit. Chez le chat obèse, les muscles de l’intestin fonctionnent moins bien et on observe aussi des ralentissements du transit. Le chat âgé est aussi plus prédisposé car souvent il bouge moins, présente plus de douleur et est plus facilement déshydraté.

Facteurs qui dépendent de l’environnement du chat



  • Apport en eau : si l’animal est correctement hydraté, les selles le seront aussi et pourront plus facilement transiter dans le tube digestif. Le chat doit donc toujours avoir à disposition une gamelle d’eau propre pour pouvoir boire à volonté. Si votre chat boit peu il peut être intéressant d’acheter une fontaine à eau pour le stimuler ou de lui proposer une partie de son alimentation sous forme humide (avec des pâtés ou des mousses). Il faut faire particulièrement attention pendant les périodes de canicule car les chats ont tendance à ne pas trop ressentir le chaud, à rester en plein soleil et à ne pas se déplacer pour boire.
  • Hygiène de la litière : Si votre chat considère que sa litière est trop sale, il ne voudra pas aller faire ses besoins dedans et risque de se retenir ce qui peut amener à des problèmes de constipation. De même si la litière est placée dans un environnement où il y a trop de passage et de bruit et qu’il n’est pas à l’aise pour y aller.
  • Le stress : c’est un facteur qui n’agit en général pas seul mais qui peut aggraver d’autres causes. Attention au stress quand il y a cohabitation avec plusieurs animaux qui ne s’entendent pas par exemple, que chacun puisse avoir son accès à la litière.
  • L’ingestion de boules de poils est un comportement normal et naturel chez le chat qui fait sa toilette mais, parfois, ces accumulas de poils (appelés trichobézoards) peuvent ralentir le transit intestinal et générer de la constipation voire même des occlusions digestives dans de plus rares cas. Le brossage de votre chat est donc conseillé régulièrement et surtout en période de mue et chez les chats à poil long.

Facteurs dépendant de l’alimentation



Une alimentation contenant une quantité insuffisante de fibres entraîne également de la constipation. Comme pour nous, les fibres favorisent le bon transit intestinal. Il est donc important de donner à son chat une alimentation de qualité. Pour les animaux qui présentent des problèmes de constipation récurrente il existe des aliments thérapeutiques adaptés enrichis en fibres et autres molécules.

Les maladies à l’origine de constipation chez le chat



Les maladies intestinales telles que le mégacôlon, la dysautonomie féline, le cancer du côlon ou la hernie périnéale peuvent induire de la constipation. L’ingestion d’un corps étranger peut entrainer une occlusion et donc secondairement entrainer de la constipation. Les tumeurs du tube digestif peuvent aussi être responsables de cette affection par compression de la lumière du tube digestif.

D’autres maladies, non digestives, comme l’insuffisance rénale chronique, peuvent entrainer de la constipation chez le chat car celui-ci est en général déshydraté. Les atteintes de la moelle épinière peuvent aussi entrainer de la constipation car les nerfs qui servent à la stimulation du côlon et du rectum ne fonctionnent plus correctement. Les douleurs arthrosiques chroniques au niveau des lombaires chez le vieux chat peuvent aussi être responsables de constipation. L’animal ne va pas réussir à se mettre en position pour déféquer à cause de la douleur.

Trouver la cause de la constipation



Il est important de diagnostiquer avec précision la cause de la constipation car le traitement ne sera pas le même en fonction de la cause. Il est important d’être réactif car plus la constipation va s’installer dans le temps, plus la prise en charge sera longue, coûteuse et avec de potentielles séquelles (et donc risque de récidive).

Le vétérinaire, pour trouver l’origine de la constipation, vous posera dans un premier temps des questions sur le mode de vie de votre animal et son alimentation. Il réalisera un examen clinique complet et pourra vous proposer des examens complémentaires comme des radiographies ou des prises de sang pour évaluer la gravité de la constipation ou chercher une cause sous-jacente.

Comment soulager votre chat ?



Si votre chat est en bonne santé et ne présente pas d’autre symptôme que de la constipation, il est possible de réaliser plusieurs choses à la maison pour tenter de régler le problème sans passer en consultation avec votre vétérinaire.

  • Vous devez déjà vous assurer que votre chat boit suffisamment et au besoin lui donner pendant quelques jours de l’aliment humide en plus de ses croquettes. Sur des chats qui boivent vraiment peu il est peut être intéressant d’envisager l’achat d’une fontaine à eau.
  • Il vous est possible de changer temporairement son alimentation vers une alimentation plus riche en fibres. Pour cela des alimentations spécifiques existent et sont à la vente en cliniques vétérinaires ou sur internet. Vous pouvez aussi proposer des légumes verts à votre chat, qui apporteront simplement fibre et eau pour le transit, comme les haricots verts, les courgettes ou les brocolis.
  • Sans changer d’alimentation vous pouvez donner des compléments alimentaires à base de paraffine (pour accélérer et favoriser le transit), de psyllium (augmentation de la rétention d’eau et hydratation des selles) ou de malt (évacuation des boules de poils) pour favoriser le transit et gérer des constipations passagères ou liées à des boules de poils. Nos vétérinaires en ligne sont disponibles pour vous aider à trouver la solution la plus adaptée pour votre chat.
  • Avec accord de votre vétérinaire vous pouvez administrer à votre chat une pipette de Microlax bébé par voie rectale à votre chat. Ce n’est pas très agréable et peut être qu’il ne se laissera pas faire, donc faite attention de ne pas léser sa muqueuse rectale.

Êtes-vous sûr de lui donner la bonne alimentation ?

Découvrez notre boutique d'aliments

  • Produits
    premium
  • Sélectionnés par
    nos vétérinaires
  • Origine 100%
    Française
Je shop

Si votre chat présente des problèmes de constipation chroniques il vous faudra passer, après discussion avec votre vétérinaire, à une alimentation thérapeutique spécifique, avec de potentiels compléments fonction de la sévérité de la maladie chez votre chat.

Sur le long terme, les chats en surpoids doivent être mis au régime avec un aliment adapté. Pour les chats trop sédentaires, le recours à des jeux, des distributeurs de croquettes ou encore l’adoption d’un autre congénère permet d’augmenter leur activité quotidienne et, par conséquent, leur dépense énergétique.

Quand contacter votre vétérinaire ?



Si au bout de 36h, malgré les mesures précédentes mises en place, la constipation n’est pas passée, il faudra prendre rendez-vous chez votre vétérinaire. De même si la constipation est associée à d’autres symptômes (perte d’appétit, modification de comportement, augmentation de la prise de boisson, vomissements, fièvre, etc.), justifie de présenter votre animal à un vétérinaire.

Traitement de la constipation



Traitement médical

Dans les cas sévères, le vétérinaire peut prescrire le même type de médicament que ceux cités précédemment : laxatif par voie orale à base de paraffine ou par voie rectale. Du lactulose peut aussi être prescrit par voie orale en cas de crise. C’est un laxatif très puissant qui n’existe qu’en médecine humaine. Il pourra être nécessaire d’hospitaliser votre chat pour le mettre sous perfusion et le réhydrater. Si une cause médicale sous-jacente est mise en évidence il faudra la prendre en charge.

Dans les cas où la constipation est très importante et que le côlon et les intestins sont remplis de grosses selles dures (on parle de fécalome), il peut être indiqué de réaliser un lavement sous anesthésie générale. Une fois l’animal anesthésié on introduit dans le rectum une sonde et on injecte de l’eau tiède sous pression de façon à ramollir et expulser les selles coincées.

Traitement chirurgical

Dans les cas extrêmes de fécalome qui n’ont pas répondu au traitement médical on peut être amenés à réaliser des colectomies.

Pour résumer



Dans le cas d’une constipation occasionnelle on recherche les facteurs prédisposants chez l’animal ou dans son environnement et on les corrige. On donne au besoin des traitements types laxatifs pendant quelques jours. Dans le cas d’épisode de constipation importante ou récurrente, il est important de prendre en charge l’animal rapidement afin d’éviter les complications. Un traitement médical plus lourd avec hospitalisation et lavage rectal peut être nécessaire. Sur le long terme, pour ces chats, il est nécessaire d’adapter l’alimentation avec des fibres et de l’humidité et parfois de donner des traitements tout au long de la vie.