Le chaton que vous venez tout juste d’adopter ne cesse de se gratter les oreilles ? C’est probablement une gale auriculaire ! Rassurez-vous, cette maladie parasitaire très fréquente chez nos compagnons est bénigne et se soigne facilement si elle est correctement prise en charge. 

A quoi est due la gale auriculaire et comment se transmet-elle ? 

La gale auriculaire, aussi connue sous le nom de « gale d’oreille », est une otite d’origine parasitaire, liée à la prolifération d’acariens dans les conduits auditifs externes de nos animaux de compagnie. En médecine vétérinaire, on parle d’otacariose, d’otacariase ou d’otodectose d’après le nom de l’acarien responsable, Otodectes cynotis  Si votre compagnon souffre d’une gale auriculaire, c’est qu’il a été en contact avec d’autres chats porteurs. En effet, cette maladie est très contagieuse et les parasites se transmettent par contact prolongé et étroit entre les chats lors des séances de toilettage ou de câlins. La gale d’oreille est surtout présente dans les collectivités de chats dans lesquelles la proximité entre congénères est importante. Par ailleurs, ces acariens seraient capables de résister plusieurs jours dans le milieu extérieur ce qui favoriserait la contagion dans les environnements infestés.  Les chats particulièrement concernés sont : 
  • Les jeunes chatons, 
  • Les chats vivant en élevage, 
  • Les chats vivant en chatterie ou en refuge. 
Le cycle de développement de ces parasites dure environ trois semaines. Ils se nourrissent de débris cutanés, de sang et de lymphe et prolifèrent assez rapidement dans les oreilles des chats. Attention, si vous possédez d’autres animaux (chiens ou furets par exemple), sachez que ces acariens ne sont pas propres au chat et peuvent infester d’autres espèces.  Contrairement aux gales du corps, la transmission de la gale auriculaire aux humains est exceptionnelle. De rares cas ont été rapportés mais restent anecdotiques.  

Quels sont les symptômes de la gale des oreilles ? 

Après une incubation de quelques jours, la gale auriculaire se présente de manière assez caractéristique ce qui la rend assez facile à suspecter. Attention, il faut savoir que certains chats sont porteurs d’acariens sans exprimer la maladie (porteurs asymptomatiques) et que la sévérité des symptômes n‘est pas proportionnelle à la quantité d’acariens présents.  Les manifestations de l’otacariose sont dues à : 
  • L’action mécanique des otodectes qui provoquent une irritation du conduit auriculaire lorsqu’ils se déplacent et se nourrissent, 
  • Les réactions d’hypersensibilité (réaction allergique) chez certains animaux. 
Vous pouvez suspecter une gale d’oreille si vous constatez les symptômes suivants chez votre compagnon : 
  • La présence de cérumen noirâtre et sec, ressemblant à du marc de café, en grande quantité à l’entrée du conduit,  
  • Des démangeaisons intenses (votre chat peut secouer la tête ou se gratter frénétiquement les oreilles avec les pattes arrière), 
  • Un port de tête penché. 
Généralement, la gale auriculaire atteint les deux oreilles. Le prurit (terme médical qui désigne les démangeaisons) est parfois si sévère que l’animal peut se blesser à force de se gratter. Il présente alors des plaies, des croûtes ou des zones dépilées sur le pavillon des oreilles ou sur la tête.   Dans de rares cas, les acariens peuvent se loger dans le reste du pelage et provoquer des boutons et des démangeaisons sur l’ensemble du corps.  

Sur quoi repose le diagnostic de la gale auriculaire ? 

La suspicion de gale auriculaire est plus ou moins forte selon le contexte d’apparition des symptômes ainsi que l’âge, la provenance et le mode de vie de votre compagnon.   Bien que les gales d’oreille représentent plus de 50% des otites chez le chat, il peut être tout de même nécessaire d’exclure les autres causes d’inflammation auriculaire : 
  • Les otites à corps étranger, 
  • Les otites bactériennes,  
  • Les otites à levures (dues à Malassezia, un petit champignon microscopique), 
  • Les otites démodéciques (dues à Demodex, un autre type de parasite), 
  • Les otites d’origine allergique. 
Votre vétérinaire sera amené à examiner le conduit auriculaire de votre chat à l’aide d’un otoscope et prélever du cérumen afin de l’observer au microscope. Dans la majorité des cas, des acariens adultes ou des œufs de parasites sont constatés, ce qui confirme la suspicion de gale d’oreille.  Un résultat négatif ne permet pas pour autant d’exclure complètement la maladie car certains chats sont porteurs d’une faible quantité de parasites qui rend leur observation difficile. Chez d’autres chats, la présence d’un cérumen très abondant peut gêner l’examen microscopique.  

Comment soigner mon chat atteint d’une gale auriculaire ? 

Bien que bénigne, la gale d’oreille s’avère très gênante pour votre compagnon. Non traitée, elle peut également provoquer diverses complications :  
  • Des otites secondaires (bactériennes ou fongiques),
  • Une perforation du tympan, 
  • Des infections bactériennes cutanées liées à la présence des plaies de grattage. 
Le premier objectif du traitement est d’éliminer les acariens grâce à des molécules dites « acaricides », administrées soit : 
  • Par voie locale (ou topique), grâce à une pommade appliquée directement dans le conduit auriculaire, 
  • Par voie générale (ou systémique), grâce à une pipette (ou spot-on) à appliquer sur la peau entre les omoplates. 
Que ce soit pour l’une ou l’autre de ces options thérapeutiques, l’administration doit être répétée à fréquence régulière afin d’éliminer l’ensemble des acariens. Votre vétérinaire saura choisir la forme la plus adaptée à votre chat.  Le second objectif est de permettre l’évacuation du cérumen pour dégager le conduit auditif et éliminer mécaniquement une partie des otodectes. Il est nécessaire de nettoyer tous les deux ou trois jours les oreilles de votre compagnon avec un nettoyant auriculaire adapté pendant au moins 3 semaines. N’hésitez pas à demander conseil sur la meilleure manière de procéder pour nettoyer les oreilles de votre chat.  Enfin, si ce dernier présente une inflammation particulièrement marquée ou une allergie sous-jacente, il est possible qu’il reçoive également un traitement anti-inflammatoire. Ce traitement se présente souvent sous la forme d’une lotion auriculaire ou de comprimés à administrer par voie orale.  

Quelles mesures de prévention mettre en place ? 

Étant donné sa forte contagiosité, la gale auriculaire est capable de se transmettre rapidement à tous les animaux du foyer. Si un de vos chats est atteint, il est conseillé de traiter simultanément l’ensemble de vos compagnons, y compris ceux qui ne présentent pas de symptôme.  Le nettoyage en profondeur et le traitement de l’environnement avec des produits acaricides peut s’avérer nécessaire dans les environnements très contaminés (chatteries, élevages).  Certains traitements antiparasitaires actifs contre les puces et les tiques sont également efficaces contre les acariens de la gale d’oreille. Leur administration régulière représente un bon moyen de prévention. Votre vétérinaire saura vous conseiller sur le traitement le plus adapté à votre chat selon son âge et son mode de vie.  Enfin, n’oubliez pas d’inspecter régulièrement les oreilles de votre compagnon. Si vous constatez la présence de lésions, de rougeurs ou de cérumen en quantité anormale, alors une consultation chez votre vétérinaire s’impose.