Qu’est-ce que l’échinococcose ? 

L’échinococcose est une maladie provoquée par des vers plats de la famille des ténias.   On distingue deux formes d’échinococcose en fonction du parasite responsable et du mode de transmission au chien : 
  • La forme « alvéolaire »,  
  • La forme « hydatique » 
Ces deux maladies sont des zoonoses, c’est-à-dire des maladies qui se transmettent entre les humains et les animaux.  L’échinococcose sous sa forme « alvéolaire » est due à un parasite appelé Echinococcus multilocularis, principalement hébergé par le renard, et dans une moindre mesure par les animaux de compagnie. Cette parasitose est présente notamment dans le nord et l’est de la France. Bien que cela s’avère assez rare, les chiens s’infestent en ingérant de petits rongeurs, qui sont dits « hôtes intermédiaires » car porteurs de larves du parasite.   La forme « hydatique », liée à Echinococcus granulosus, est présente sur l’ensemble du territoire. Le chien s’infeste lorsqu’il est nourri avec des abats de bœuf, mouton ou autres herbivores eux-mêmes porteurs de larves d’échinocoques.  Votre chien peut donc à son tour héberger des parasites adultes. Ceux-ci se multiplient dans son tube digestif et leurs œufs microscopiques sont évacués par milliers dans les matières fécales. Les humains se contaminent ensuite en avalant accidentellement ces œufs de parasite. L’ingestion se produit généralement en consommant des fruits ou légumes mal lavés (et souillés par des excréments) ou après un contact direct avec un chien porteur si le lavage des mains n’est pas respecté. 

Quels sont les symptômes de l’échinococcose et comment la diagnostiquer ? 

L’échinococcose est une maladie généralement bénigne chez nos animaux de compagnie.   Dans la très grande majorité des cas, votre chien ne présentera pas de symptôme. On dit alors qu’il est « porteur sain », c’est-à-dire qu’il peut supporter le parasite et le transmettre sans exprimer la maladie.  Chez les chiens très fortement infestés, l’échinococcose peut se manifester par de la diarrhée et un amaigrissement.  Les symptômes sont, à l’inverse, très graves chez les humains qui peuvent présenter :  
  • De la nausée, de la fièvre et une jaunisse, consécutives à une destruction du foie (potentiellement fatale) en cas d’infestation à E. multilocularis (échinococcose alvéolaire), 
  • De la toux, un essoufflement, une douleur abdominale et de la nausée liés à la présence de kystes dans le foie ou les poumons en cas d’infestation à E. granulosus (échinococcose hydatique). 
Ces symptômes peuvent parfois apparaître plusieurs années après l’infestation.   Chez le chien, une analyse de selles peut mettre en évidence des œufs d’échinocoques. Cependant, le diagnostic de certitude est difficile à obtenir car ces œufs ne sont pas différenciables de ceux des autres ténias. Certaines techniques comme la PCR permettent d’identifier le parasite mais sont rarement effectuées chez les animaux de compagnie en France.  Un chien porteur de ténia en zone de circulation active d’échinocoques doit donc systématiquement être considéré comme porteur potentiel.  Actuellement, l’accent est principalement mis sur la mise en place de mesures préventives plus que sur le diagnostic chez le chien. 

Comment prévenir l’échinococcose ? 

Protéger votre chien, c’est surtout vous protéger !  La principale mesure de prévention est la vermifugation à l’aide d’un traitement actif contre les échinocoques. Le vermifuge doit être administré à intervalles réguliers, qui dépendent du mode de vie du chien.  Votre chien est particulièrement exposé si :  
  • Il chasse, 
  • Il risque de consommer des cadavres de rongeurs sauvages,  
  • Il partage le même milieu de vie que des renards (campagne, lisière de forêt), 
  • Il côtoie du bétail (moutons, chèvres, vaches). 
Chez ces chiens, une vermifugation mensuelle est recommandée. Votre vétérinaire traitant pourra vous conseiller sur le traitement le plus adapté à votre compagnon.  Sachez que pour voyager dans certains pays, notamment au Royaume-Uni, en Irlande, en Finlande ou encore en Norvège, une vermifugation contre l’échinococcose est requise dans les jours précédant le voyage. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable auprès de votre vétérinaire, les modalités pouvant varier selon les pays.  D’autres mesures de prévention permettent de limiter le risque d’infestation :  
  • Ne consommez pas de baies, fruits sauvages ou légumes du potager sans les avoir bien lavés, 
  • Lavez-vous systématiquement les mains après avoir caressé votre chien, 
  • Évitez de laisser votre compagnon vous lécher les mains ou le visage,  
  • Ne nourrissez pas vos chiens avec des abats crus,  
  • Ne manipulez jamais de cadavres d’animaux sauvages. 
Si vous pensez avoir été en contact à risque avec un chien porteur ou si vous présentez des symptômes d’échinococcose, rapprochez-vous rapidement de votre médecin traitant.