La dyskinésie ciliaire est une affection concernant certaines cellules présentes dans la trachée.

Le rôle de ces cellules est de faire remonter les sécrétions destinées à être expulsées lorsque l’animal tousse, assurant ainsi une bonne hygiène des voies respiratoires. On appelle l’ensemble de ces cellules l’escalator mucociliaire.

Les chiens atteints de cette maladie vont donc être sujets à des problèmes respiratoires à répétition et ce, dès le plus jeune âge. Les infections de la muqueuse respiratoire (nez, trachée, bronches) se traduisent par des éternuements, une toux grasse et des bronchites chroniques.

On estime que 17% des Bobtails en Europe sont porteurs de la mutation génétique responsable de cette maladie. Si un mâle porteur est mis à la reproduction avec une femelle porteuse, une partie de la descendance sera atteinte.

Si votre chien présente cette maladie, cela signifie que ses deux parents sont porteurs sains. Il conviendra alors de prévenir l’éleveur pour écarter les individus de la reproduction et éviter la propagation de la maladie encore un peu plus au sein de la race.

Un test ADN permet de dépister cette anomalie chez le Bobtail et peut être facilement réalisé chez votre vétérinaire.

Si vous décidez d’acquérir un chiot, pensez à demander à l’éleveur de vous assurer que celui-ci est sain vis-à-vis de la dyskinésie ciliaire. De même, si vous souhaitez faire reproduire votre chien, il est fortement recommandé de vérifier son statut par la réalisation d’un test génétique.

Si votre animal est diagnostiqué par votre vétérinaire, il n’y aura malheureusement pas de traitement particulier à mettre en place. La prise en charge d’un chien atteint de dyskinésie ciliaire consistera à l’accompagner de la meilleure manière possible lorsqu’il aura des symptômes importants et handicapants au niveau respiratoire. L’espérance de vie de ces chiens est assez faible.