La “crampe du Scottish Terrier”, aussi appelée “hypertonicité musculaire épisodique”, est une maladie essentiellement retrouvée chez le Scottish Terrier mais également présente chez le Dalmatien, le Norwich Terrier et le Fox Terrier.

Les premiers symptômes sont observés dès le plus jeune âge, entre 2 et 6 mois généralement.

Cette maladie évolue par crises, qui peuvent être la conséquence :

  • D'un stress,
  • D'une phase d’excitation,
  • D'un exercice plus ou moins intense.

  • Ces crises sont la conséquence d’un déficit en sérotonine, une hormone censée inhiber la contraction musculaire. Entre deux épisodes, l’animal est parfaitement normal.

    Ces crises ne sont pas douloureuses pour l’animal. Elles se manifestent par des troubles de la locomotion tels que :

  • Démarche anormale,
  • Raideur des membres,
  • Hyperflexion des membres.

  • Dans les cas les plus graves, le chien est incapable de se déplacer et chute.

    Dans la majorité des cas, la crise dure approximativement une dizaine de minutes, mais cette durée peut s’étendre de moins d’une minute à plusieurs heures. Un retour à la normale est souvent rapidement observé dès la mise au repos de l’animal ou la disparition du stimulus ayant provoqué la crise.

    Le pronostic de cette maladie est très bon dans la mesure où elle n’affecte pas ou peu la qualité de vie de l’animal. De plus, cette affection ne semble pas être dégénérative et donc ne s’aggrave que très rarement avec l’âge.

    La prévention des crises passe par la gestion des stimuli et l’évitement des phases de stress ou d’effort pour le chien. Un traitement médical peut être mis en place si les crises sont trop fréquentes et semblent handicaper l’animal. Il repose sur l’utilisation de molécules pour la relaxation musculaire comme l’acépromazine ou le diazepam. Des études récentes ont mis en évidence l’intérêt de la fluoxetine, qui est une molécule permettant de maintenir un taux de sérotonine correct, dans la prise en charge de ces chiens.

    Cette maladie reste très rarement observée.