Pourquoi mon chien vomit après avoir mangé ?

Avec illicoVeto, profitez

Le vomissement est un signe dit « non spécifique », c’est-à-dire qu’il existe de nombreuses causes de vomissement. Le processus consiste à expulser, avec des signes d’effort et de contraction de l’abdomen, le contenu de l’estomac, de manière soudaine, par la bouche. Cette expulsion d’aliments est cependant précédée de nausées. Zoom sur les raisons pour lesquelles un chien se met à vomir après manger.


Découvrir notre dossier sur le vomissement chez le chien :


Les principales causes engendrant le vomissement du chien après un repas

L’une des raisons relatives au vomissement d’un chien après avoir mangé est que l’animal a avalé trop rapidement ses croquettes ou sa pâtée. On parle alors de régurgitation, ce qui n’est pas un véritable vomissement car le chien n’est pas sujet à des contractions abdominales. Les régurgitations peuvent être dues à des malformations telles qu’un mégaoesophage, une obstruction de l’œsophage ou de l’estomac. Les autres causes de régurgitations peuvent être une atteinte des glandes salivaires, voir même du système nerveux (central ou périphérique).

Une autre cause courante relative au vomissement d’un chien concerne la satiété de son estomac, en d’autres termes : s’il a trop mangé. Les chiens extrêmement voraces ou qui boivent beaucoup d’eau d’un coup sont de ce fait susceptibles de vomir après avoir mangé.

Les vomissements peuvent également provenir d’une indiscrétion alimentaire. Ceux-ci peuvent aussi survenir après une modification brusque de régime, sans phase de transition, ou si le chien a consommé des résidus de table, des produits ménagers, des ordures ménagères ou des aliments qui irritent son estomac. Les vomissements peuvent rapidement stopper si les aliments à l’origine de l’intolérance sont éliminés par les vomissements et que vous ne constatez pas d’affaiblissement lié à l’état général du chien, de fièvre, de diarrhée ou d’abattement.

Un chien peut aussi vomir suite à une consommation inopinée de médicaments. Et tout comme l’être humain, le chien peut souffrir également de mal des transports, provoquant chez l’animal des nausées, puis des vomissements. Ce mal s’accompagne d’un état d’anxiété et de stress, qui a tendance à augmenter l’apparition des symptômes.

Une obstruction au niveau d’un segment du tube digestif, par l’ingestion d’un corps étranger par exemple, une infection virale ou bactérienne, une infestation parasitaire ou une inflammation du tube digestif peuvent aussi générer des vomissements.

Enfin des maladies métaboliques peuvent aussi générer des vomissements : un hypocorticisme, une atteinte du pancréas, de l’utérus, hépatique ou rénale.

Comment apaiser le chien qui vomit après son repas ?

Au cours de sa vie, un chien peut être amené à vomir de temps à autre. Cependant, évitez de trop vous alarmer lorsque vous le voyez vomir de façon non régulière et qu’aucun autre symptôme anormal n’est visible. A contrario, s’il régurgite régulièrement à la fin de son repas, il est primordial de s’en référer au vétérinaire. Des examens complémentaires vous seront proposés comme une prise de sang, une radiographie et/ou une endoscopie des voies digestives. Si l’animal reste assez dynamique et qu’aucune cause de risque précédemment signalée ne se présente, restez-en à quelques simples précautions. Lors d’un vomissement banal, assurez-vous que son tube digestif soit au repos via un jeûne d’une journée maximum. Il ne faut pas le faire jeûner s’il s’agit d’un chiot ou d’un chien de tout petit format (chihuahua et races « Toys » notamment).

Après 24 heures, il est recommandé de lui donner une alimentation très digeste, à répartir, au cours de la journée, entre 4 et 6 petits repas. Un régime diététique adapté aux troubles digestifs de l’animal est à privilégier. Sinon, privilégiez la traditionnelle gamelle faite maison, composée de viande de poulet cuite, ne contenant ni peau, ni os. Vous pouvez y ajouter une petite quantité de riz cuit longtemps.

Pensez aussi à mettre à disposition de l’animal une boisson fraîche afin qu’il puisse boire suffisamment et éviter de se déshydrater. Lorsque votre animal est très gourmand, optez pour une gamelle spéciale anti-glouton. Celle-ci va obliger à l’animal à bien mastiquer, améliorant ainsi la digestion. Elle permet aussi de prévenir un éventuel vomissement, la dilatation ou la torsion au niveau de l’estomac.

 

Bibliographie :

BERNARD S. (2007) Les affections oesophagiennes des carnivores domestiques : intérêt diagnostique et thérapeutique de la fibroscopie. Etude rétrospective portant sur 90 cas cliniques d’affections oesophagiennes

DELANOE S. (2014) Intoxication des animaux de compagnie par les plantes d’appartement. , 101

GOUGH A. (2007) Diagnostic différentiel en médecine interne canine et féline, Editions Med’ Com

SOUBRIE P. (2013) Actualité bibliographique en échographie du tractus digestif chez le chien et le chat

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
illicoVeto

illicoVeto

illicoVeto

illicoVeto

Avec illicoVeto, évitez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1elementum Lorem elit. suscipit dapibus vel, Curabitur velit, sit neque.