Vous constatez que votre chien tremble et vous vous interrogez sur l’origine de ce comportement ? Bien que ces tremblements soient normaux dans la majorité des situations, ils peuvent parfois être la manifestation d’une affection plus préoccupante à ne pas négliger.   

Qu’est-ce qu’on entend par tremblements ? 

  Les tremblements sont des mouvements involontaires et répétés d’une ou plusieurs parties du corps. Ils sont produits par la contraction rythmique d’un muscle ou d’un groupe de muscles. Ils impliquent l’action de différents acteurs du système nerveux :  
  • Le cerveau, 
  • Le cervelet, 
  • Le tronc cérébral, 
  • Les nerf périphériques (qui relient le système nerveux central aux muscles). 
Bien que la définition des tremblements puisse vous sembler évidente, il est important de les caractériser pour mieux en comprendre la cause. Ils peuvent être intermittents ou permanents, généralisés ou focaux (lorsqu’ils touchent une seule partie du corps).  Si votre chien tremble lorsqu’il est couché et ne fournit aucun effort musculaire, on parle alors de « tremblements de repos ». A l’inverse, si les tremblements apparaissent à l’occasion d’un mouvement volontaire ou d’une posture particulière, on parle de « tremblements d’action ».   Il est assez aisé de détecter des tremblements chez votre compagnon mais plus ardu d’en connaître la cause. Ces tremblements sont normaux ou « physiologiques » dans certaines situations. Dans les autres cas, ils sont dits « pathologiques » et peuvent être secondaires à une maladie. Il est donc important de savoir les distinguer.   

Quels sont les tremblements physiologiques ? 

  Votre chien peut trembler tout simplement parce qu’il a froid. En effet, les contractions musculaires engendrées lors des tremblements aident l’organisme à produire de la chaleur lorsque la température extérieure est basse. Les races de chiens à poils ras ou les races nues sont particulièrement concernées.   Par ailleurs, une forte peur peut également déclencher des tremblements chez un chien anxieux. Différentes situations sont couramment à l’origine de stress chez les chiens : des bruits inhabituels (orage, pétards, voitures, aspirateur…), une visite chez le vétérinaire, un environnement inconnu, etc.   La fatigue musculaire déclenchée par un effort physique intense ou une forte douleur peuvent également provoquer des tremblements physiologiques.    Enfin, votre chien peut trembler d’excitation lors d’un grand moment de joie ou dans son sommeil lorsqu’il rêve.  Les tremblements associés à ces différentes situations sont classiques, bénins et rentrent dans l’ordre une fois leur cause résolue.  A l’inverse, si votre chien semble prostré et présente d’autres symptômes (nerveux, digestifs, etc.), il est probable que ces tremblements soient pathologiques.    

Quelles sont les causes de tremblements pathologiques ? 

 

Les intoxications 

  Les intoxications font partie des causes les plus fréquentes de tremblements chez le chien. L’intoxication aux mycotoxines en est un exemple assez classique.   Les mycotoxines sont des substances chimiques produites par les moisissures. Les chiens en ingèrent lorsqu’ils mangent des noix pourries ou des aliments périmés dans la poubelle. Ces toxines déclenchent de graves symptômes nerveux, dont des tremblements, qui s’accentuent avec le stress.  Les cyanobactéries, aussi appelées « algues bleues », sécrètent également des toxines qui sont susceptibles de provoquer des tremblements. Votre animal peut s’intoxiquer en buvant de l’eau contaminée (lac, étang, rivière).  Des nombreuses autres substances toxiques sont à l’origine de tremblements, notamment :  
  • Les drogues stimulantes (marijuana, cocaïne, amphétamines), 
  • Les méthylxanthines, composés présents dans le chocolat, le thé ou le café, 
  • La strychnine, poison anciennement utilisé pour lutter contre les renards et les taupes, 
  • Le métaldéhyde, molécule présente dans les produits anti-limaces,  
  • Les noix de macadamia. 
Si votre chien a avalé une de ces substances, il est impératif de contacter un vétérinaire de toute urgence.   

Les tremblements d’origine métabolique 

  Les tremblements sont parfois déclenchés par la baisse de la concentration sanguine de certaines substances dont :  
  • Le calcium (hypocalcémie), 
  • Le magnésium (hypomagnésémie), 
  • Le potassium (hypokaliémie), 
  • Le glucose (hypoglycémie). 
On retrouve ces déséquilibres sanguins dans le cadre de certaines maladies métaboliques comme l’insuffisance rénale chronique ou la maladie d’Addison en particulier.  

Les tremblements d’origine neurologique  

  Toute atteinte du cerveau, du cervelet ou du tronc cérébral peut déclencher des tremblements. La maladie peut être inflammatoire, cancéreuse, congénitale (présente à la naissance) ou dégénérative (qui s’accentue avec l’âge).   Les affections les plus fréquentes chez le chien sont les méningites (inflammation des méninges) ou les encéphalites (inflammation du cerveau). Ces dernières sont souvent purement inflammatoires mais peuvent être déclenchées par certaines maladies infectieuses comme la maladie de Carré, la néosporose ou encore la parvovirose. La vaccination des chiots est donc fortement recommandée car elle permet de les protéger contre deux de ces agents pathogènes.  Une compression ou une inflammation de la moelle épinière (hernie discale, discospondylite) est parfois à l’origine des tremblements.   

Les tremblements d’origine neuromusculaire 

  Des tremblements peuvent survenir en cas de maladie musculaire (myopathie) ou en cas d’atteinte des nerfs périphériques (neuropathie).   Il existe également chez le chiot une maladie appelée « syndrome du chiot trembleur ». Elle correspond à un défaut de synthèse de la myéline, qui est la couche de protection qui entoure les nerfs. Cette maladie provoque des tremblements dès la première semaine de vie et est plus fréquente chez le Springer Spaniel, le Bouvier Bernois, le Braque de Weimar ou encore le Samoyède.     

Les tremblements d’origine idiopathique chez le chien 

  Dans certaines situations, les tremblements sont dits « idiopathiques » ce qui signifie qu’aucun élément déclencheur n’est identifié. C’est le cas par exemple des chiens âgés qui peuvent présenter des tremblements du train arrière, particulièrement en station debout.   Un autre exemple est celui des tremblements idiopathiques de la tête, présents dans certaines races (Bouledogue anglais, Boxer, Doberman ou encore American Staffordshire terrier). Ces chiens peuvent présenter des épisodes de tremblements de la tête, de haut en bas ou de droite à gauche. Ces derniers sont généralement accentués en cas d’anxiété.  Les chiens blancs de petite taille (particulièrement le West Highland White Terrier ou le Bichon Maltais) peuvent aussi souffrir de tremblements généralisés qui apparaissent généralement entre 6 mois et 2 ans. Généralement, un traitement à base de corticoïdes à forte dose permet de résoudre le problème, ce qui laisse suspecter une origine inflammatoire à la maladie.  Enfin, les tremblements sont parfois la seule manifestation de crises d’épilepsie chez le chien. Le diagnostic d’épilepsie est généralement établi après exclusion de toutes les autres causes de tremblements. 

Que faire si mon chien tremble ? 

  Si vous constatez que votre chien tremble, pensez en priorité aux causes simples (froid, émotions fortes). Le simple fait de le calmer ou de le réchauffer peut suffire à faire cesser les tremblements.  Contactez votre vétérinaire si les tremblements persistent ou si votre chien présente d’autres symptômes tel que : 
  • Des pertes d’équilibre ou des convulsions, 
  • Des troubles digestifs (vomissements, diarrhées), 
  • Une fatigue marquée. 
Filmer votre compagnon est un bon réflexe et peut apporter de précieuses informations à votre vétérinaire traitant. Les symptômes de votre chien peuvent en effet être différents une fois en consultation.  Enfin, si vous suspectez que votre compagnon ait pu ingérer une substance toxique, une consultation s’impose de toute urgence.