Peu connues des propriétaires de chiens, les chenilles processionnaires représentent pourtant un véritable danger pour les toutous. Leurs poils, extrêmement venimeux sont en effet à l’origine d’importants désagréments, pouvant même être fatals pour nos animaux de compagnie.

Pourquoi les chenilles processionnaires sont-elles dangereuses pour les chiens ?

Si l’hiver comporte son lot de dangers pour les chiens, l’arrivée du printemps n’est pas en reste. Les chenilles processionnaires sont considérées comme très dangereuses pour nos chiens, en raison de leurs poils microscopiques, urticants et allergisants. Munis de minuscules crochets, ces poils s’accrochent aux muqueuses ou à la peau de nos toutous et se brisent pour libérer une toxine. Terrées dans leurs nids, ces chenilles attendent les douces températures (10°C au sol) pour descendre des pins et trouver un bout de terre ensoleillé et s’y enterrer jusqu’à leur transformation. Se déplaçant en procession, elles ont tendance à attirer l’œil des chiens durant leur promenade. Curieux et joueurs, c’est tout naturellement que nos toutous viennent donc les renifler et jouer avec elles à l’aide de leurs pattes. Les poils s’installent directement sur les zones ayant été en contact avec les chenilles, et engendrent différents désagréments : inflammation, douleur importante et œdème se traduisant par un gonflement important. Dès que vous constatez ces manifestations, amenez rapidement votre chien chez un vétérinaire.

Des symptômes parfois fatals

En cas de contact entre le chien et une chenille processionnaire du pin, les symptômes peuvent être fatals, notamment si la toxine affecte les voies respiratoires de l’animal, comme c’est le cas lorsque le chien en mis dans sa gueule. Dans ce cas, la langue du chien a tendance à gonfler et peut présenter des lésions ulcératives, très rouges et douloureuses. Si l’animal n’est pas soigné à temps, la langue peut nécroser en partie. Enfin, après un contact avec une chenille processionnaire, le museau du chien sera également tout enflé. Si le chien avale l’insecte, son œsophage et son estomac pourront subir les mêmes symptômes. La mort peut survenir lorsque l’oedème touche les voies aériennes supérieures et les obstruent.

Votre chien est entré en contact avec des chenilles processionnaires ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

La prévention : le meilleur moyen de protéger votre chien des chenilles

Aujourd’hui, les chenilles processionnaires se retrouvent au sud comme au nord de l’hexagone. Quel que soit le lieu de vie, la prévention est donc de mise. Les nids de chenilles sont généralement situés en hauteur, à proximités de pins. Si vous en apercevez un, éloignez-vous avec votre animal de compagnie. Évitez également de le détruire par vos propres moyens. Préférez plutôt appeler la mairie. Certaines communes ont en effet des plans spécifiques destinés à gérer ce type d’infestation. Pour votre bien et celui de votre chien, évitez par ailleurs les promenades dans les zones très boisées, notamment par jour de vent. Après la procession des chenilles, évitez absolument de tondre votre gazon. Arroser la zone de passage des chenilles permet de mieux chasser les poils.

Traitements

Malheureusement, il arrive que la prévention ne suffise pas et que votre chien touche ou mette tout de même dans sa gueule une chenille processionnaire. Dans ce cas, il ne faut pas paniquer. Éviter de toucher l’animal et de le rincer, pour ne pas induire la rupture des poils urticants et la dissémination de la substance urticante. Tout contact entre ces chenilles et votre animal est un cas d’urgence vétérinaire. Lors d’une consultation, le vétérinaire traitera en priorité l’inflammation et la douleur du chien dans le but d’éviter une obstruction des voies respiratoires. Il faudra ensuite lutter contre d’éventuelles infections.

Vous ne savez pas si les symptômes de votre chien proviennent bien d’un contact avec une chenille?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire
Bibliographie : Charmot P. (1987) La chenille processionnaire du pin Thaumatopoea pityocampa Schiff, et son importance médicale. Thèse Méd. Vét., Lyon, N°020, 132p. Rivière J. (2011) Les chenilles processionnaires du pin : évaluation des enjeux de santé animale. Thèse Méd. Vet., Alfort, 206p.