Le chien, compagnon fidèle à son maître, peut dans certains cas présenter des troubles de comportements comme les aboiements excessifs. Un chien qui aboie sans cesse devient une nuisance pour son propriétaire mais également pour le voisinage. En général, il s'agit d'un trouble du comportement généré par le maître et lié à une méconnaissance du comportement normal du chien.

Vous avez des questions à ce sujet ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Dans un premier temps, il est nécessaire d'identifier les causes qui déclenchent ces aboiements intempestifs et qui peuvent, à force, générer des problèmes à la fois pour le propriétaire, pour les voisins mais aussi pour le chien. Ces aboiements peuvent provoquer des troubles au niveau psychologique et s'inscrire dans la durée en l’absence d’intervention extérieure.

Pourquoi mon chien aboie ?



L’unique manière pour un chien de s'exprimer et de communiquer avec son entourage est d'aboyer. Ce comportement est, en soit, parfaitement normal, tant qu’il est utilisé de manière raisonnable pour communiquer. Certains aboiements peuvent être pathologiques quand le chien présente un déficit de contrôle des aboiements ou en cas de troubles comportementaux. Par exemple, les chiens souffrant du syndrome HSHA (Hypersensibilité – Hyperactivité) ont tendance à trop aboyer en plus de causer des destructions, d’être hyperactif …

Un chien peut aboyer pour de multiples raisons :

  • Pour dire bonjour ;
  • Pour exprimer un besoin : sortir en promenade, faire ses besoins, manger … ;
  • S’il veut jouer, c’est une façon d’attirer votre attention ;
  • De même, s’il est excité (notamment s’il n’a pas été assez stimulé pendant la journée), le moindre stimulus peut le faire réagir ;
  • L’anxiété et le stress, notamment chez les chiens qui ne savent pas gérer la solitude lorsque leurs maîtres sont absents ;
  • Pour prévenir s’il y a un danger ou inversement pour tenter de repousser une menace …

Le chien a généralement la plupart de ses sens (auditifs, visuels et olfactifs) en alerte. N’importe quel stimulus peut le faire réagir en fonction de son mode de vie, de ses habitudes, de ses routines. Si les stimuli sont habituels, le chien n’aboiera pas nécessairement tandis que s’ils sont différents et inhabituels, cela pourra déclencher des vocalises.

Si les aboiements de votre chien sont accompagnés de gémissements et de plaintes, c’est peut-être que votre animal est malade ou exprime une douleur. Si ce comportement n’est pas du tout habituel pour lui, prenez rapidement rendez-vous auprès de votre vétérinaire pour évaluer la situation.

Y a-t-il des chiens qui aboient plus que d’autres ?



Certaines races de chiens ont tendance à aboyer plus que d'autres : le Beagle, le Westie, le Fox Terrier, le Chihuahua, le Berger Allemand, le Yorkshire Terrier…

D’autres races de chiens semblent avoir moins tendance à aboyer que les autres, comme par exemple le Basenji, le Carlin, le Bouledogue Français, le Chow-chow, le Terre-neuve …

Lorsque vous adoptez un chien, il peut être intéressant de connaître ces tendances afin de déterminer si vous allez devoir éduquer un grand aboyeur ou non (au sein d’une même race, chaque individu est bien évidemment unique).

Erreurs à ne pas commettre pendant l’éducation



Une erreur assez commune, dans la relation maître-chien, est de vouloir rassurer un chien qui aboie par une interaction : une caresse, un mot … Cependant, ceci renforce le chien dans son comportement d'aboyer. Votre compagnon risque d'aboyer de plus en plus même dans des situations inappropriées et inhabituelles.

Afin d'éviter ce type de comportement, il est nécessaire d’entamer une éducation comportementale dès l'adoption, afin de stimuler le chiot et lui faire rencontrer des situations inhabituelles. Le jeu et les récompenses sont également mis en place au cours de ces séances afin de renforcer positivement des comportements adéquats. Des ordres brefs, comme « chut » ou « stop », peuvent être utiles pour dresser votre animal à ne pas trop aboyer.

Ne soyez jamais violent avec votre chien, que ce soit en criant ou le frappant. Cela ne règlera jamais le problème d’un aboiement intempestif, bien au contraire.

On rappelle qu’un chien qui aboie est parfaitement normal. Il est illusoire de vouloir faire disparaître toutes les formes d’expression que pourrait présenter votre animal. Cela serait même préjudiciable pour son bien-être émotionnel. Votre chien a besoin de s’exprimer. Il convient simplement de lui apprendre à quel moment cela n’est plus tolérable.

Comment agir pour faire cesser les aboiements ?



Si votre chien aboie sans cesse, cela peut déboucher à terme sur une nuisance conséquente pour tous les membres du foyer ainsi que le voisinage. Ce trouble du comportement ne doit pas être négligé car, plus il s'inscrit dans la durée, plus il sera difficile à corriger.

Si le comportement de votre chien est devenu pathologique, il est fortement recommandé de vous faire accompagner dans votre démarche d’éducation par votre vétérinaire traitant, un vétérinaire comportementaliste et/ou un éducateur canin. L'idéal étant toujours d’anticiper ce problème pendant la phase d’éducation de l’animal afin d’éviter d’en arriver à de tels soucis.

Principes de base en termes d’éducation pour éviter le problème des aboiements



Faites en sorte que votre chien soit bien sociabilisé. Plus il aura été stimulé, plus il aura vécu d’expériences différentes au cours des premiers mois de vie (vers 2-5 mois), plus ces expériences seront normales et habituelles pour lui : il ne sera ni effrayé ni excité et aura moins tendance à vocaliser. Il est donc très important que votre chiot rencontre des personnes et des animaux différents, soit promené dans différents endroits pour s’habituer aux vélos, aux voitures …

Prendre le temps de stimuler et d’occuper votre compagnon est le meilleur moyen d’éviter d’avoir un chiot complètement excité et qui passe son temps à aboyer quand vous rentrez chez vous. Moins votre chien va s’ennuyer, et plus il sera facile de l’assagir.

Habituez aussi votre chien à rester seul dès son plus jeune âge. Il sera ainsi moins anxieux et cela évitera qu’il aboie une grande partie de la journée ou qu’il cause des destructions. Ce genre de comportement peut être très désagréable, notamment en appartement ! Il est important de ne pas ritualiser le moment de votre départ ainsi que celui de votre retour à la maison. Dans les 15 minutes qui précèdent votre départ de la maison, n’interagissez plus avec votre animal et partez comme si de rien n’était. Quand vous revenez chez vous, ignorez-le tant qu’il ne s’est pas calmé puis initiez la prise de contact. Vous pouvez aussi faire semblant de partir en prenant vos affaires (manteau, clés) puis en allant ailleurs dans la maison ou, inversement, sortir d’un coup. L'objectif est d'intemporaliser le départ dans l'esprit du chien : de cette façon, il perd ainsi la notion du temps passé entre le départ et le retour de son maître et patiente sans aboyer. Vous pouvez aussi lui proposer des jouets pour s’occuper seul, en particulier pendant votre absence.

Enfin, enseignez des ordres basiques à votre chiot ou votre chien et récompensez-le lorsqu’il obéit, immédiatement (friandise, caresse ou voix). Lorsqu’il aboie inutilement, dites-lui calmement de se taire en utilisant toujours le même mot et dès qu’il obéit récompensez-le.

Techniques d’éducation si les aboiements intempestifs sont déjà installés chez le chien



Une première technique est d’ignorer complètement votre chien lorsqu’il aboie. A chaque fois que vous grondez votre chien (de quelque manière que ce soit), que vous le regardez quand il aboie, votre compagnon comprend « Si j’aboie, j’obtiens en retour une interaction avec mon maître ! ». Pour faire disparaître un comportement indésirable, il convient d’ignorer complètement le chien par le regard, la parole et les gestes, tant que celui-ci n’a pas cessé d’aboyer. L’objectif est que l’animal comprenne que ce comportement est absolument inutile pour son maître. Il est indispensable que tous les membres de la famille agissent de la même façon et que personne ne « craque » pour que cela soit réellement efficace. Si vous finissez par abandonner, votre animal comprendra « il faut que j’aboie très longtemps pour que l’on interagisse avec moi », ce que l'on souhaite absolument éviter.

Vous pouvez aussi utiliser la technique du contre-conditionnement. Dès que votre chien aboie, donner lui un autre ordre (par exemple « assis ») pour le détourner de ce qui le fait réagir et récompensez-le immédiatement dès qu’il vous a obéi. Quand les chiens sont très excités, cette méthode ne fonctionne pas toujours car ils ont du mal à se concentrer sur ce que vous dites. Il faut aussi que votre chien connaisse des ordres auxquels obéir, prenez donc le temps d’enseigner certains ordres à votre animal. Tous les ordres qu’il peut apprendre lui permettront d’être plus concentré.

Si vous savez que certaines situations font toujours aboyer votre chien de manière excessive, essayez de ne pas le placer dans cette position inconfortable. Bien sûr, vous ne pourrez pas retirer toutes les stimulations « gênantes » de son environnement (le facteur viendra toujours chez vous par exemple !).

Les colliers anti-aboiements



Un collier anti-aboiement ne devrait jamais être la première solution envisagée dans ce type de problème. L’éducation reste le maître-mot afin de faire disparaître un comportement indésirable ou de le réorienter. Si ces accessoires sont utilisés, ils doivent l’être en association avec l’ensemble des mesures comportementales citées précédemment. N’hésitez pas à évoquer ce problème avec votre vétérinaire qui pourra vous orienter, si besoin, vers un spécialiste du comportement dans le cas où un trouble du comportement plus profond est suspecté.

Les colliers anti-aboiement à impulsion électrique ne doivent jamais être utilisés ! Ils infligent une décharge électrique à l’animal à chaque aboiement. Cela va complètement à l’encontre de toute notion de bien-être animal que de faire mal à son chien pour qu’il arrête d’aboyer ! Cette méthode est très anxiogène pour votre compagnon et peut occasionnellement entraîner des troubles du comportement comme de l’agressivité, de l’automutilation … De plus, sans accompagnement au niveau comportemental, un tel dispositif ne réglera pas ou que très temporairement la situation.

Si un collier doit être utilisé, il est recommandé de privilégier un collier qui projette un gaz inodore ou un collier à la citronnelle. Cette méthode est beaucoup plus douce : elle n’est absolument pas douloureuse pour le chien. Le but est que le chien associe le fait d’aboyer à quelque chose de négatif. Parfois, cela fonctionne bien mais dès que le collier est retiré, les chiens recommencent généralement à aboyer. Il peut être intéressant, chez certains chiens, de laisser le collier inactif autour du cou de l’animal afin qu’il pense possible de recevoir une projection.

collier anti-aboiement chien

Un chien qui aboie est-il une nuisance sonore ?



Un aboiement de chien, en tant que tel, ne peut pas être considéré comme une nuisance sonore. C’est un bruit parfaitement normal tout comme les autres bruits générés par l’activité humaine.

Cependant, le code de la Santé Publique (article R1336-5) stipule que « Aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité. »

Si l’aboiement d’un chien correspond à ces critères, il peut donc être considéré par les gens comme une nuisance sonore. Si ces aboiements ont lieu la nuit et remplissent ces conditions, on pourra même parler de tapage nocturne. Si une infraction est constatée, les propriétaires de l’animal risquent une amende et, dans les cas extrêmes, la confiscation de leur animal avec placement en chenil.

Si le chien de votre voisin aboie sans cesse, le premier réflexe à adopter est d’aller discuter calmement de la situation avec votre voisin. Quand les nuisances ont lieu en journée, les propriétaires ne sont parfois même pas au courant du problème puisqu’ils ne sont pas là. C'est ensuite leur responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour régler le problème. Vous pouvez aussi contacter votre voisin, avec une lettre recommandée avec accusé de réception, pour lui rappeler la législation et ses devoirs pour régler la situation. Vous pouvez éventuellement contacter la mairie, un huissier ou les forces de l’ordre pour faire constater les nuisances sonores et dresser un procès-verbal ou un constat. Vous pouvez aussi faire intervenir un conciliateur de justice, ce qui est gratuit, ou bien saisir le tribunal judiciaire à proximité de chez vous.

Besoin des conseils d'un professionnel ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Article mis à jour en 05/2022 par le Dr Tatiana PRADEL