L’atrophie progressive de la rétine, également appelée “atrophie rétinienne progressive généralisée” ou encore “dégénérescence rétinienne progressive”, est une maladie oculaire héréditaire. Elle est caractérisée par une dégénérescence progressive de la rétine ne provoquant aucune douleur à l’animal, mais aboutissant irrémédiablement à la perte complète de vision.

La rétine est une membrane qui tapisse le fond de l’œil, assimilable à un écran. Elle reçoit l’ensemble des informations lumineuses et les transmet au cerveau via le nerf optique, ce qui aboutit finalement à l’obtention d’une image.

La rétine est constituée de 2 types de cellules : les cônes et les bâtonnets. Ce sont ces cellules qui dégénèrent et meurent, ne permettant plus la bonne transmission des informations au cerveau et affectant ainsi progressivement la vision.

Ce sont les bâtonnets qui sont atteints en premier. Ces cellules étant essentiellement responsables de la vision nocturne, vous pourrez observer votre animal rencontrer plus de difficultés à se déplacer dans le noir ou dans la pénombre.

Dans un second temps, les cônes, responsables de la vision en couleur et de jour, seront atteints. Les situations pouvant être attribuées à une diminution de la vision de l’animal seront donc plus évidentes pour le propriétaire (le chien bute contre des obstacles en pleine journée, peut rater une marche, etc...). L’atteinte est toujours bilatérale.

L’évolution de cette maladie étant très lente, il est possible que l’animal, bien qu’atteint depuis son plus jeune âge, s’adapte à sa maladie continuellement et que les symptômes ne soient pas visibles avant l’âge adulte.

Le diagnostic de l’atrophie progressive de la rétine est établi grâce à :

  • Un examen direct du fond de l’œil à l’aide d’un instrument appelé un ophtalmoscope,
  • La réalisation d’un électrorétinogramme (ERG), un test électrique permettant d’évaluer l’activité de la rétine.

  • Ces examens ne peuvent être réalisées dans toutes les structures vétérinaires. En cas de suspicion d’atrophie progressive de la rétine, il est recommandé de faire appel à un spécialiste en ophtalmologie vétérinaire pour infirmer ou confirmer le diagnostic.

    Il n’existe aucun traitement actuellement permettant de guérir d’une atrophie progressive de la rétine. Les animaux atteints finissent donc par devenir aveugles. Cependant, il faut savoir que l’ouïe et l’odorat très développés du chien permettent de compenser de manière efficace la perte de vision. L’environnement de ces chiens ne devrait pas être constamment modifié afin qu’ils puissent correctement s’y adapter.

    Il existe un test génétique permettant de détecter les individus porteurs de la maladie et ainsi les écarter de la mise à la reproduction.

    L’atrophie rétinienne fait partie de la liste des vices rédhibitoires. Ainsi, toute personne faisant l’acquisition d’un chiot atteint dispose d’un délai de 30 jours si elle souhaite porter une action en justice contre l’élevage ayant vendu l’animal.