La longévité des chats ne cesse d’augmenter avec les années pour le plus grand bonheur des amoureux des félins. En effet, votre chat a sans doute une place à part entière au sein de votre foyer et vous tenez à ce qu’il reste à vos côtés le plus longtemps possible. Mais qu’est-ce qui influence l’espérance de vie de nos chats ? Comment optimiser leur longévité et leur qualité de vie ?

La longévité du chat en quelques chiffres

Actuellement, selon les études, les chats vivent en moyenne entre 12 et 15 ans. Or, il est courant qu’en pratique certains individus dépassent l’âge de 15 ans voire de 20 ans (équivalent à environ 100 ans chez les humains). Les chats titulaires des records mondiaux de longévité ont même franchi le seuil très respectable des 30 ans ! Ces chiffres ne concernent bien sûr que les chats domestiques et non les chats sauvages ou errants. Par ailleurs, ces données ne sont que des moyennes et ne reflètent pas les disparités importantes qui existent entre les chats concernant l‘espérance de vie. En effet, une étude de 2014 réalisée en Angleterre révèle deux « pics » de mortalité chez le chat, l’un centré autour d’un an et l’autre autour de 16 ans. Qu’est-ce qui peut donc expliquer ces différences de longévité ?

Qu’est-ce qui influence l’espérance de vie du chat ?

Certains facteurs de risques, liés aux chats mais aussi à leur environnement, permettraient d’expliquer les différences de durée de vie entre chats :
  • L’accès à l’extérieur
L’espérance de vie des chats qui sortent est généralement plus courte que celle des chats vivant en appartement. Ils sont bien évidemment plus exposés à des dangers potentiellement mortels : accidents de la route, maladies transmissibles par les autres chats ou par les parasites, bagarres, intoxications, etc. En effet, presque 50% des cas de mortalité avant 5 ans seraient liés à des traumatismes, majoritairement des accidents de la voie publique qui sont souvent lourds de conséquences chez le chat.
  • L’appartenance ou non à une race
Les chats croisés (ou chats « de gouttière ») vivraient plus longtemps que les chats de race pure, bien que cela ne concerne pas toutes les races de chats. Les chats de race Siamois, Persan, Burmese ou Sacré de Birmanie auraient une durée de vie particulièrement longue contrairement aux chats de race Abyssin, Maine Coon, Ragdoll, British Shorthair ou encore Bengal. Ceci peut s’expliquer par la présence de prédispositions à des maladies génétiques dans certaines races.
  • La stérilisation
La stérilisation prolongerait sensiblement la vie des chats, d’autant plus chez les mâles. Les animaux stérilisés sont moins sujets aux bagarres de territoire ce qui diminue le risque de blessures associées et de transmission de maladies graves comme la leucose féline ou le FIV (aussi connu sous le nom de « SIDA du chat »). Chez la femelle, la stérilisation précoce écarte également la possibilité d’une gestation, toujours à l’origine d’un risque pour la chatte, et réduit drastiquement le risque d’apparition de tumeurs mammaires avec l’âge.
  • L’état d’embonpoint
Être mince permettrait aux chats de vivre plus longtemps. En effet, le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque de mortalité précoce. Comme chez les humains, ils sont à l’origine de nombreuses maladies chroniques pouvant mettre en danger la vie de votre animal. Celles-ci sont par exemple :
  • Le diabète sucré,
  • L’asthme,
  • Les calculs urinaires
  • Les maladies cardiovasculaires.

Comment protéger mon chat et prolonger son espérance de vie ?

Une alimentation de qualité peut aider à prolonger la durée de vie de votre félin. Il est indispensable de lui fournir un aliment (croquettes et/ou pâtée) équilibré et adapté à son statut physiologique (chaton, chat adulte ou senior) ainsi qu’à ses éventuels problèmes de santé. Le maintien de son poids de forme est aussi primordial afin d’éviter les complications liées au surpoids. Les chats sont par ailleurs aujourd’hui mieux suivis sur le plan médical, ce qui, en parallèle des progrès de la médecine vétérinaire, contribue nettement à l’augmentation de leur longévité. Cela passe par :
  • La réalisation des vaccins de votre chaton dès son plus jeune âge,
  • Son suivi annuel chez le vétérinaire,
  • La mise en place de traitements contre les parasites (puces, tiques, vers) de manière à le protéger en continu.
Les chats sont considérés comme des patients seniors dès l’âge de 11 ans et à partir de 15 ans comme des patients gériatriques ! Une consultation régulière chez votre vétérinaire traitant permettra dans un grand nombre de cas de diagnostiquer certaines maladies particulièrement fréquentes et mortelles chez le chat âgé (maladie rénale chronique, diabète sucré, maladies tumorales…). Le dépistage de ces maladies repose sur la réalisation d’un examen clinique, d’un bilan sanguin ou d’autres examens complémentaires. Dans l’immense majorité des cas, une prise en charge précoce de ses problèmes de santé améliorera considérablement son espérance et sa qualité de vie. Si votre chat a plus de 11 ans, un examen tous les 6 mois chez votre vétérinaire est alors recommandé afin de s’assurer de son état de santé et l’aider à bien vieillir en lui prodiguant les soins nécessaires à son confort.