Mon chat ne mange plus : faire face au risque d’anorexie

Lorsqu’un chat ne s’alimente pas correctement, c’est-à-dire qu’il ingère une plus petite quantité d’aliment par rapport à son habitude ou que son appétit est capricieux, on parle de dysorexie. Puis, lorsqu’un chat ne mange plus du tout, on parle d’anorexie. Quand la dysorexie ou l’anorexie sont les seuls symptômes observés sur un animal, il est parfois difficile d’identifier le problème sous-jacent tant les causes d’anorexie sont nombreuses chez le chat.

En cas de doute, nos vétérinaires en ligne sont à votre écoute.

Les causes d’anorexie chez le chat

Tout ce qui provoque une douleur, de la nausée, de la fièvre ou encore une faiblesse peut entraîner de l’anorexie chez le chat. Par ailleurs, le chat est un animal sensible au stress. L’anorexie du chat peut donc être d’origine comportementale.

Ainsi, les maladies de la cavité buccale provoquent une gêne, voire une vive douleur lors de la préhension et la mastication des aliments. Elles seront donc source d’anorexie chez le chat. Parmi les maladies de la cavité buccale chez le chat, citons, pour exemples le syndrome de gingivo-stomatite chronique, les abcès et les fractures dentaires, les ulcères, les traumatismes de la face (chats qui se font renverser sur les routes ou qui chutent de plusieurs étages) ou encore les lésions provoquées par les chenilles processionnaires. Dans les cas de maladies buccales, les chats manifestent souvent un intérêt pour la nourriture mais s’en écartent au dernier moment ou après quelques bouchées.

La nausée, quant à elle, provoque un dégoût du chat par rapport à l’alimentation qui lui est présentée. De nombreuses affections peuvent s’accompagner de nausée ; l’insuffisance rénale, les hépatites, les maladies inflammatoires digestives, la pancréatite…La nausée peut également être un effet secondaire provoqué par l’administration d’un médicament (anti-douleurs à base de morphine notamment).

Vous l’aurez compris, les causes d’anorexie chez le chat sont donc très nombreuses. Lorsque l’examen de la cavité buccale et l’examen physique de l’animal ne permettent pas d’identifier la cause sous-jacente, des examens complémentaires sont nécessaires pour préciser le diagnostic (prise de sang, échographie abdominale par exemple).

Le danger d’une anorexie prolongée chez le chat ; la lipidose hépatique

Le chat est un carnivore. A la différence des animaux herbivores, il peut rester à jeun deux à trois jours sans que cela ne mette en péril son pronostic vital. En revanche, au-delà de deux à trois jours d’anorexie, si le chat ne se réalimente pas, ne serait-ce qu’un peu, certains organes se mettent à souffrir ; il s’agit notamment du foie et de l’intestin. Quelle que soit l’origine de l’anorexie, la réalimentation rapide d’un chat malade est donc primordiale. Lorsque l’animal refuse de se réalimenter seul, des sondes de gavage peuvent être mises en place par le vétérinaire (sonde d’oesophagostomie ou sonde naso-gastrique). Certains médicaments à effet stimulant de l’appétit peuvent également être prescrits.

Que faire face à une anorexie chez le chat ?

Dans un premier temps, si votre chat ne s’alimente plus, il vous est possible d’essayer de varier son alimentation en essayant de lui proposer d’autres gammes d’aliments industriels ou ménagers. Si vous identifiez une source de stress dans l’environnement de votre chat, placez le au calme dans un environnement qu’il connaît et qu’il apprécie pour le mettre en confiance. L’observation d’éventuels autres symptômes que l’anorexie est importante ; les mentionner au vétérinaire permettra de le guider dans sa démarche diagnostique.

A propos de l'auteur

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.
Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *