Chat qui boit beaucoup : faut-il s’inquiéter ?

La quantité quotidienne d’eau bue par un chat varie en fonction de plusieurs paramètres : le type d’alimentation reçue (sèche ou humide), le métabolisme individuel, la température extérieure, l’activité de l’animal et la santé de son système urinaire. Une augmentation de la prise de boisson peut donc être le signe d’appel d’une maladie chronique. Il convient donc de bien analyser ce comportement pour savoir quand s’inquiéter.

La consommation d’eau quotidienne normale chez le chat

La consommation moyenne d’eau bue par un chat en bonne santé est environ 20 ml/kg/jour. Cette quantité d’eau bue peut être très difficile à calculer, notamment chez les chats qui ont accès à l’extérieur et qui, de ce fait, trouvent plusieurs sources d’abreuvement (flaques, ruisseau, gouttières, gamelles, etc.). Cette consommation varie d’un animal à l’autre en fonction de son mode de vie, de la température extérieure et de l’alimentation qu’il reçoit chaque jour. En effet, les chats nourris avec une alimentation sèche (croquettes) boivent davantage par rapport aux chats nourris aux pâtées. De la même façon, l’été et en période de forte activité, les chats s’abreuvent plus fréquemment et en plus grande quantité.

A partir de quelle quantité d’eau bue peut-on considérer qu’un chat est malade ?

Pour un chat, on considère qu’il est anormal de boire plus de 100 ml/kg/jour. Dans le jargon médical, une augmentation de la prise de boisson pathologique est appelée polydypsie. Pour calculer cette quantité, il faut maintenir son chat en intérieur durant 24h et mesurer le volume d’eau mis à disposition au temps T0. Au bout de 24h, on mesure le volume d’eau restant dans la gamelle et on calcule la différence entre le volume de départ à T0 et le volume d’eau restant à T+24h. Ce calcul n’est évidemment pas valable en présence de plusieurs congénères vivant sous le même toit et ayant accès aux mêmes gamelles d’eau.

Les causes possibles de polydyspie

Les causes les plus courantes de polydypsie chez le chat sont le diabète et les maladies urinaires.

Comme chez l’homme, le diabète sucré est lié à un mauvais fonctionnement du pancréas. Le taux de glucose dans le sang est anormalement élevé. Les chats diabétiques ont besoin d’un traitement à base d’insuline chaque jour pour maintenir les valeurs de glycémie à des taux raisonnables. Plus les chats sont stabilisés avec un traitement insulinique adapté, plus la prise de boisson revient à la normale.

Les maladies de l’appareil urinaire sont un véritable fléau actuel chez les chats domestiques. En effet, il est fréquent d’observer, même chez des chats jeunes, des signes de souffrance rénale (mauvais fonctionnement des reins). Ces insuffisances rénales peuvent avoir plusieurs origines : infection du système urinaire (cystite qui peut se compliquer en pyélonéphrite), présence de calculs dans les voies urinaires (calculs pyéliques, vésicaux, urétraux ou urétéraux), vieillissement des reins, cancer, maladies kystiques.

Comment agir face à une augmentation de la prise de boisson chez le chat ?

Il ne faut surtout pas rationner son chat en eau. Même en présence d’une polydypsie pathologique, une eau propre et fraiche doit toujours être à disposition de l’animal. Si vous ne parvenez pas à calculer la quantité d’eau bue par votre chat mais que cette quantité vous parait importante, il convient de montrer votre animal à un vétérinaire.

 

En cas de doute, n’hésitez pas à prendre contact avec nos vétérinaires en ligne.

A propos de l'auteur

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.
Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Marion Tissier - Docteur en Médecine Vétérinaire

Le Docteur Marion Tissier travaille dans un Centre Hospitalier Vétérinaire depuis 2011, au sein d’un service de médecine interne des carnivores domestiques et NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Elle effectue également des remplacements réguliers dans un cabinet vétérinaire de montagne. Elle est la référente technique pour illicoVeto.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *